Once upon a time… La tête dans les nuages, les pieds dans l’eau.

DSCN3221

Ce week-end en Alabama, y avait un festival de montgolfières. Et les montgolfières, ben c’est un peu mes madeleines de Proust à moi. Je sais pas vraiment pourquoi, et je suis d’ailleurs même jamais montée dans une, mais quand je vois une montgolfière, y a un truc qui se passe tout dedans dans moi, dans ce qui reste probablement encore un peu de mon moi enfant. Je lève les yeux, et ça met dans ma p’tite tête du ciel bleu. Puis des petits nuages, des sacs de voyage et plein  d’étoiles.

Donc forcément, je ne pouvais pas rater ça. Puis quoi, l’Alabama c’est seulement à trois heures de la Nouvelle-Orléans. Une petite promenade sur l’échelle des road-trips. Alors, nous voilà parties, quatre filles dans le vent sur les routes du Sud des Etats-Unis, pour un tour de l’Alabama en 2 jours.

Premier objectif: les montgolfières, qui sont quand même un peu le leitmotiv de ce voyage, puis de ma vie. Et là, il faut dire que nous avons commencé par être un peu surprises… C’était effectivement un festival de montgolfières…. mais sans montgolfières. Ben oui. Un champ quoi. Alors on a fait comme tous les gens présents la-bas, pas plus étonnés que ça par l’absence de montgolfières à un festival de montgolfières, et on a mangé des nouilles chinoises, on a bu une limonade, on a regardé des enfants dans des ballons géants et un chien qui attrape des Frisbees, on a écouté de la musique country en ayant des conversations de filles (on parlait politique évidemment) et on s’est assises dans l’herbe en ayant froid et envie de faire pipi, ce qui nous a bien occupées entre les aller-retours à la voiture qu’on ne savait plus situer et les sur-place devant les cabines w.c.

Puis quand le soleil a commencé à descendre et que la chaleur a elle aussi baissé, les montgolfières ont commencé à arriver et on s’est installées au beau milieu des grandes toiles couchées sur l’herbe. Et là, la magie a opéré. Il y a eu une montgolfière gonflée, toute ronde, puis deux, puis trois, puis des dizaines… Y en avait partout, tout autour, tout près, tout loin, c’était vraiment un festival de montgolfières. Et c’était beau, toutes ces couleurs, toutes ces formes, puis les flammes qui illuminaient toutes ces toiles. C’était magnifique. Vraiment. Magnifique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quand on a eu perdu toutes nos batteries de téléphones et d’appareils photos à force de clichés, on s’est dit qu’il était temps de partir et d’atteindre notre deuxième objectif: le camping du State Park. Ben oui, parce que depuis que je suis une aventurière de jardin, la tente est devenue mon accessoire de voyage préféré. Je ne m’en sépare plus. Le camping et moi, c’est une nouvelle histoire d’amour qui commence. Il n’est jamais trop tard pour se découvrir, hein. Bientôt, je vous fais un feu avec du bois mouillé. Princesse Ranger, c’est moi. Bon, par contre, j’aime quand même bien mon petit confort, et partir en bord de mer avec juste une petite jupe, c’est une erreur de débutante, je reconnais. Alors, il a bien fallu que je capitule et que j’achète dans la petite boutique du restaurant du soir, mon premier jogging. Oui, moi, un jogging. Pas le choix. Bientôt, je fais donc du feu avec du bois mouillé ET en jogging. Aaaaaaahhhhh…. Moi, ma tente et mon nouveau jogging, pour le meilleur et pour le pire.

Ceci nous amène donc au petit matin (en sueur, parce que j’avais en fait trop chaud avec mon jogging) et à notre troisième objectif: la plage. Une journée dominicale parfaite, faite de mimosas avec vue sur la mer, de siestes sur le sable blanc et de bains dans l’eau limpide… Enfin, presque parfaite, parce que soleil et sommeil ne font malheureusement pas une équation parfaite, surtout lorsque la variable couleur de peau tend plutôt vers le blanc pâle… Ouille. Tu pars à la mer un week-end et tu t’en souviens toute la semaine, les fesses sur la chaise de ta classe.

Alors, je ne pensais pas que l’Alabama pouvait me faire rêver. Pour moi ça évoquait plutôt une ferme coupée du monde au fin fond de la campagne. Mais ça, c’était avant. Maintenant, l’Alabama ce sont des montgolfières dans les nuages et mes pieds dans l’eau claire. Et 4 filles qui chantent, dansent, mangent, boivent, rêvent, montent des tentes, discutent, écrivent sur les murs, prennent des raccourcis, rient et s’amusent. Mes copines quoi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s