Once upon a time… Je pourrais vous raconter Mardi Gras

Et voilà. Mardi Gras is over. Fini les parades. Fini les beads. Fini les maquillages, les perruques et les tutus. Fini le Prosecco. Fini les retours en taxi, les oreilles de lapin, les ateliers de perles à écraser, les Krewe qui défilent, les chars colorés, les tentes sur Saint Charles, les vélos abandonnés, les gens costumés… Fini tout ça.  Mardi Gras is over. Et je suis comme un peu soulagée, et comme beaucoup nostalgique. Tu sais, le soufflé qui retombe après trois semaines de folie. Hey, Mister! Give me something special! En fait, New Orleans après Mardi Gras, c’est un peu comme le sparkling wine qui arrête de pétiller ou les Jello-Shots qui ne sont pas gélifiés. C’est quand même moins festif, presque un peu triste.

Vraiment, j’ai tellement envie de vous raconter Mardi Gras, de vous faire vivre cette folie, de vous faire partager mon enthousiasme, mon amour de cette fête, ma passion pour les costumes, mon taux d’alcoolémie, ma gratitude pour tous ces moments vécus si intensément, pour cette ode à la vie, pour tous ces partages avec des inconnus, pour tous ces partages avec mes amis. J’ai tellement envie de vous faire entrer un petit peu là, dans cet univers doré, violet et vert qui a été le nôtre pendant trois semaines. Mais je crois bien que la seule chose à faire pour vous, en réalité, c’est de prendre un billet d’avion pour l’année prochaine. Mardi Gras, c’est un putain de bordel festif et émotionnel qui ne peut pas se raconter, jamais.

Je pourrais vous raconter ma collection de perruques et de corsets. Ma peau qui tire à force d’être maquillée et pailletée. Les soirées à coudre des papillons sur mon pull à la lumière de ma lampe de chevet. Les après-midi à confectionner des sabres lasers à offrir à la foule. Je pourrais vous raconter comment je suis entrée sans payer à un concert. Comment j’ai fait des rencontres imprévisibles dans un taxi. Comment je me suis perdue dans la ville à deux reprises. Comment j’ai effrayé mes propres élèves en paradant en Sith. Comment j’ai oublié ma carte dans un bar. Comment j’ai abandonné mon vélo plusieurs fois. Je pourrais vous raconter la sensation d’être au petit matin à 8h du soir. Je pourrais vous raconter le sentiment de communion avec le monde en dansant en pleine rue. Je pourrais vous raconter l’euphorie de recevoir un phallus en bâtonnet de glace. Je pourrais vous raconter la légèreté de passer une soirée en petite tenue avec des étrangers. Je pourrais vous raconter la joie de croiser une seconde line par hasard. Je pourrais vous raconter comment j’ai retrouvé des photos improbables. Comment j’ai envoyé des messages inavouables. Comment j’ai partagé un vélo. Comment j’ai fait pipi chez les garçons. Je pourrais vous raconter toutes ces bêtises qui font les souvenirs, tous ces fous rires qui font que je ne veux pas partir, tous ces instants magiques qui font la vie ici.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je pourrais vous raconter que Mardi Gras, c’est un balancement entre des fêtes familiales et des soirées décadentes. Entre le barbecue entre amis du dimanche et les enterrements de vie de garçons à Vegas. Je pourrais vous raconter tout ça, mais il manquerait toujours l’odeur des Crawfish, le bruit des perles qui craquent sous les pieds, les battements entraînants des cuivres, les cris des gens devant un collier, le goût des bonbons à la Vodka et les petites lumières des déguisements dans la nuit.

Alors, je ne vais pas vous raconter. Je vais juste vous dire que c’était le meilleur Mardi Gras de ces trois années. Qu’il était simple, qu’il était beau, qu’il était fou, qu’il était décadent, qu’il était américain, qu’il était français et qu’il restera gravé à tout jamais. Il était juste parfait.

Une réflexion sur “Once upon a time… Je pourrais vous raconter Mardi Gras

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s