Once upon a time… Thanks for Thanksgiving

Ah non. A French Thanksgiving.

En bons français que nous sommes.

J’ai passé 30 années de ma vie sans n’avoir jamais fêté Thanksgiving, et voilà que cette année, paf, je le fête deux fois en deux mois. Ce qui est, il faut bien le reconnaître, tout de même un peu fou sur mon CV de française. Bref, 2015, année de la dinde.

Ceux qui me connaissent depuis toute petite savent que je suis un peu psycho-rigide des traditions (Le menu de Noël, c’est le menu de Noël. Point.). Et qu’il me suffit d’avoir fêté une fois Thanksgiving dans ma vie pour que cet événement éphémère se transforme en règle d’or pour tous les suivants. J’ai donc dû entreprendre un travail psychologique sur mon moi, avant le jour T, pour accepter l’idée que ce Thanksgiving Louisianais ne se ferait pas aux douze coups de midi, mais après l’apéro de 18h, en bons français que nous sommes.

Avec ma famille de copains, on s’est donc retrouvés la veille pour une réunion G6 au sommet (autour d’un apéro, en bons français que nous sommes) afin d’établir le plan d’attaque des hostilités. On a élaboré un menu fusion américano-hexagonal en 5 parties, composés de mirlitons et ses délicates notes marines épicées en verrines et patates en paté s’alliant à la perfection dans un esprit brasserie gastronomique.

Le bistrot des copains.

Le bistrot des copains.

Le clou du repas (outre le plateau de fromages, en bons français que nous sommes) fut évidemment la fameuse dinde, qui fut une véritable épreuve pour nous autres. Déjà, quand on a lu que la demoiselle nécessitait 4 jours de décongelation, et qu’on disposait plutôt de 4 heures pour la faire passer d’état de bloc de volaille glacé à état de mets tendre et parfumé, on s’est dit que c’était pas du tout gagné, mais que Monsieur Onde pouvait peut être nous aider. Ensuite, quand on lui a retiré son petit coeur et ses gésiers, mais qu’on ne parvenait vraiment pas à trouver son cou décapité, on a beaucoup hésité sur quel sens donner à tout cela. Enfin, quand on l’a enfournée, enduite de son huile de massage, pour une durée indéterminée, on n’était pas sûrs de vraiment la déguster. Mais en bons français que nous sommes, l’apéro a duré, le Time’s up a duré, l’entrée a duré, le blind test a duré… et finalement, la dinde fut rôtie à souhait, et ce fut un succès.

Why?

Why?

Alors, je ne sais pas si ce Thanksgiving fut très traditionnel, mais il fut certainement très réussi. Et comme dans toute soirée réussie, il y eut des rires, des jeux, des discussions, des sourires, des chansons, des bouderies, des câlins, des clins d’oeil, des mimes, des cocktails, du romarin, des débats, des compliments, des découvertes, des vins rouges, des vins blancs, des boulettes, des tricheries et des frites en mousse.

Alors, moi je ne retiendrai qu’une chose en ce joyeux mois de Décembre qui commence. I am so thankful for this crazy beautiful day with you.

aa78c8c0de46adda0a6aa925253f4ac4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s