Once upon a time… Le bus 11 de 7h11

16760885-the-usa-flag-in-the-form-of-a-glossy-iconimages-2

Parce que la vie n’est pas toujours un conte de fée, des fois il faut aller travailler. Et pour aller travailler, ben je prends le bus 11 de 7h11. Et en passant la porte automatique, je mets le pied dans un micro-monde fascinant. Un micro-monde sur roues géantes. Un micro-monde qui n’existe que pendant les 11 minutes (et quelques autres) du trajet. Un micro-monde peuplé toujours des 11 mêmes gens dont j’invente la vie.

Y a évidemment le chauffeur, celui qui a le micro-monde entre ses mains. C’est pas toujours le même, mais il est toujours noir, ça semble être la seule règle pour conduire le micro-monde. Y a par exemple celui qui deale des vieux tickets, celui qui a ses chaussures toutes décollées, celui qui est une femme et celui qui crie tous les noms d’avenue du monde de dehors. Ils pensent tous que c’est le meilleur micro-monde de la journée, parce que y a pas encore les touristes qui parlent forts et qui ne savent pas où sortir du micro-monde.

Y a la jeune étudiante qui se recoiffe avant d’aller dans son lycée de filles, et qui me demande parfois des cents pour compléter la poignée de petites pièces qu’elle a au fond de la poche de son sac-à-dos. Elle pense que la vie n’est pas très drôle et pas très juste. Et c’est vrai que quand tu dois prendre le bus aux Etats-Unis, c’est que tu commences probablement pas la vie du côté le plus facile.

Y a le monsieur très triste avec des tatouages partout sur le visage. Il ne sourit pas beaucoup, mais c’est normal parce qu’il n’a pas eu une vie très rigolote. Il a même fait de la prison. Il a même tué des gens. On m’a expliqué que c’est pour ça les larmes sous ses yeux. Je crois que maintenant il est un peu mort dedans. Mais il est gentil au fond. Il s’est rangé. Il déménage des meubles, parce que ça vide sa tête. Et il a toujours une petite lunch box kaki. C’est très intrigant les petites lunch box kaki. Je me demande ce qu’il y a dedans, je n’arrive pas à imaginer ce que peut manger un mec aussi triste. Faut être heureux pour manger. Peut être qu’elle est vide.

Y a aussi la vieille dame hispanique qui parle au téléphone avec ses vieilles amies hispaniques, la grosse dame qui a toujours un bleu autour de l’oeil gauche alors peut-être que ce n’est pas un bleu, le monsieur qui a un strabisme aux yeux et une cup de café à la main, le fou qui parle sans discontinuer en criant et en riant, l’étudiant qui porte son pantalon beige sous les fesses parce que c’est pas parce tu as un uniforme que tu ne peux pas avoir de personnalité, la jeune et belle infirmière qui se tient très droite déjà en tenue avec son badge près du coeur et la gardienne de zoo avec son repas dans son sac en plastique.

Puis, il y a moi, qui imagine la vie de tous ces gens et qui vit 11 minutes (et quelques autres) hors du temps, avant de commencer ma vraie journée de presque 11 heures.

Et je vais vous dire un secret, mais une fois, y a même eu des papillons dans le bus 11 de 7h11. Onze millions de papillons très exactement, et le micro-monde est devenu magique en plus d’être fascinant. Parce que finalement, la vie est toujours un peu un conte de fée.

2 réflexions sur “Once upon a time… Le bus 11 de 7h11

  1. Pingback: Once upon a time… Cent vies sur la toile. | Once upon a time... In New Orleans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s