Once upon a time… Ma famille chez l’ennemi (et chez moi.)

Des vacances en famille, ça fait trente-et-un ans que j’en fais. On part en gîte dans les Pyrénées. On squatte la maison des grands-parents. On loue un appartement dans les Alpes. Mais là c’est différent. C’est quand même la première fois que ma famille vient dix  jours dans ma maison à moi, loin des montagnes, de la garrigue et de la France, et qui plus est dans un pays peuplé de vilains américains anglophones….

Brrrrrr

Brrrrrr

D’habitude, je me laisse plus ou moins porter par l’organisation parentale. Ben oui, on reste toujours un peu l’enfant de ses parents. Ils font ça tellement bien. Mais là… Ah oui. Là aussi. Je me suis par exemple pas mal laisser porter niveaux repas. Faut dire que moi j’ai encore du mal à imaginer mes menus avec un légume, un féculent et une protéine. Mais là fallait un minimum de cohérence diététique. Et ma mère, c’est un peu le MacGyver de la cuisine, à improviser un cuit-vapeur avec une passoire et une marmite, à trouver de la levure boulangère au Rouses et à faire des gratins dauphinois au vrai goût de gratin dauphinois avec de la Sour Cream. Mais le vrai problème, qu’elle n’a malheureusement su résoudre, est le stockage du lait. Mais enfin, comment peuvent vivre les américains au XXIeme siècle, sans lait longue conservation? Comment diantre font-ils pour stocker leurs dix briques d’avance? On est quand même bien plus avancés qu’eux niveau lactose. Vive le lait dans les placards!

la Révolution Française.

la Révolution Française.

Je suis quand même un peu sortie de mon rôle d’enfant affalée sur le canapé, pour endosser celui de parfaite organisatrice de circuit touristique en Louisiane. A nous le Preservation Hall en mode VIP. A nous la NBA au coeur de l’action. A nous tous les alligators de sortie au Bayou Coquille (J’ai de bons contacts). A nous la Lake Martin avec Norbert à une heure raisonnable. A nous la musique Cajun au Blue Moon avec mignon bungalow à l’arrière. A nous le Freret festival sous un joli soleil (Oui, j’ai aussi prévu une météo idéale.). Bref, je crois que j’ai quand même pas mal géré pour ces dix jours, surtout qu’il faut bien reconnaître que mes parents sont des personnes particulièrement exigeantes. Un frère, c’est tout de même beaucoup plus simple.

Bon, j’ai quand même eu une petite journée en baisse de régime avec la programmation d’un arrachage de dent. Tu fais quoi toi pendant tes vacances? Je perds une molaire. Ouais, un peu nul. Et c’est là aussi qu’on est content d’avoir des parents pour pouvoir jouer le rôle d’enfant malade. Ben? J’ai les médicaments, mais il est où Picsou Magazine? …

ça, c'était avant.

ça, c’était avant.

Alors, c’est vrai que ces vacances ne ressemblaient pas vraiment à mes vacances habituelles, avec des levers à 11 heures, des petits dej à 14 heures, des restaurants et des soirées avec les copains, des glandouillages sans fin en terrasse ou dans les parcs… Mais c’était chouette aussi de retrouver un peu la maison loin de la maison et de pouvoir montrer mon faux monde à ma vraie famille. Puis c’est chouette aussi de prendre des vrais apéros cacahuètes et de jouer au Times up.

Et maintenant, à moi les vraies vacances! Ah non…

 

5 réflexions sur “Once upon a time… Ma famille chez l’ennemi (et chez moi.)

  1. Pingback: Once upon a time… Cent vies sur la toile. | Once upon a time... In New Orleans

  2. Oh! Mais Cecile à de vrais parents qui existent!!! Mais ils ont pas eu trop de mal à laisser une grosse emprunte carbone en prenant l’avion?!
    En tout cas, c’est chouette. Que tes parents découvrent ton univers, Ild comprendront peut être le pourquoi du comment désormais…
    Le lait uht… J’adore!!

    J'aime

  3. En direct de Détroit où nous venons d’atterrir après un vol sans problème, en buvant un Diet Coke (et oui nous avons progressé durant ces vacances), nous venons de tomber sur ce blog supersonique (nous t’avons quitté voici 2 h. !!!!). Il faut bien le reconnaitre, tout cela n’est pas tout à fait faux (à part peut-être l’allusion au fréro) et nous te renouvelons tous nos remerciements pour cette organisation sans faille, ces visites inoubliables, ces découvertes (Sweet Crude par exemple) et nous reviendrons te voir dans ton prochain pays de résidence (avec peut-être moins d’américains).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s