Once upon a time… Clue Carre

10426715_1514164332159536_5350422191254068425_n

« Clue Carré » c’est un peu la version plus interactive et moins poussiéreuse du grand livre des énigmes de chez Papy, ou la version moins Curly, parce qu’on a plus d’amis, des jeux vidéos d’évasion.

Notre petite équipe de sept courageux s’est donc donnée rendez-vous samedi dernier pour signer de son plein gré une autorisation à être enfermée dans une pièce aux allures vaudou, dans laquelle il nous faudra résoudre en moins de soixante minutes problèmes sur problèmes pour arriver au code final libérateur. Mais on n’a pas peur, on a déjà été enfermés tous ensemble dans un véhicule-dortoir bien plus petit, et pendant bien plus d’une heure. Et on en est tous sortis indemnes, ou presque.

A l’entrée de la salle, on fait quand même pas bien les malins. On a déjà eu du mal à trouver comment entrer dans le bâtiment, et l’une de nous est restée enfermée dans les toilettes… Ça part bien.

A l’intérieur, tout va très vite. La porte se verrouille, le compte à rebours se déclenche et nos cerveaux démarrent. Doucement. Au bout de 10 minutes, on tourne en rond, on ne sait plus que faire, que regarder, on hésite à se mettre en cercle pour papoter incantations et potions. On décide finalement de retourner tout le mobilier, histoire de débloquer la situation en trouvant un indice caché dans un endroit très improbable. Un message cathodique venu de la grande prêtresse Big Brother mous informe alors que là, c’est nous qui débloquons, et que non, il ne faut pas déménager la pièce avec nos gros muscles mais juste réfléchir. Ah. On remet tout en place, et on fait fonctionner nos neurones. Euh…

On casse pas le temple.

On casse pas le temple.

Au bout de vingt minutes, on parvient dans une deuxième pièce secrète, pleine de bibelots, de coffres, d’horloges, d’inscriptions, de signes, de bougies… C’est fouillis et on fouille. On trouve des cartes, on ouvre des cadenas, on forme des codes, on assemble des puzzles… Il y a dispersion, émulation, confusion, solution… et enfin libération. Presque un peu trop tôt, parce qu’on a presque été un peu trop fort. La grande prêtresse, elle a presque pas eu le temps de finir son café. Il nous restait presque encore vingt-deux minutes, et ça c’est presque plus qu’un record.

La lala la la...

La lala la la…

A la sortie, autant vous dire, qu’on n’avait pas qu’un peu le sourire et qu’on faisait beaucoup plus les malins. Et on s’est dit qu’on s’enfermerait bien encore dans l’autre salle, celle sur Mardi Gras, mais cette fois-ci on ferait deux équipes, histoire d’avoir pas qu’un peu de challenge, parce qu’on n’a pas qu’un peu l’égo gonflé après une victoire aussi écrasante. En tout cas, moi, pour une fois, je suis contente d’avoir l’air intelligente. Parce que je le vaux bien.

Devise-shadok-Einstein

Une réflexion sur “Once upon a time… Clue Carre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s