Once upon a time… Les chemins de St Jacques d’Alabama

Attention! Cet article est à forte teneur de spiritualité édulcorée et est à lire avec modération.

On mets sa vie sur Pause. Pause. Remise en cause.

On met sa vie sur Pause. Pause. Remise en cause.

Il est des moments dans l’existence où l’on a un besoin vital de sortir des grandes avenues fréquentées, de s’éloigner des bruits de la ville et de la foule, et de simplement se retrouver en se perdant sur les petits chemins chaotiques du bout du monde. Il est des moments dans l’existence où il devient juste inutile d’emprunter tous les couloirs aériens possibles de la planète pour semer son passé, et où il faut simplement se planter dans un champ et revenir sur ses pas, et accepter qu’ils laissent des traces.

La vie ne faisant pas toujours, mais parfois, bien les choses, la route aux souvenirs n’a pour une fois pas été semée d’embûches. J’ai donc pu donner rendez-vous à mon psy imaginaire dans une cabane au fond du jardin de la forêt pour un traitement intensif de trois semaines. J’ai pris mon kit de survie – pyjama intégral, plaid à la douceur indécente, mug et chocolats – et je me suis installée dans ma petite cabine pour une retraite littéraire et analytique.

Chuchote-moi tes malheurs.

Chuchote-moi tes malheurs.

Au bout d’une semaine, je peux vous assurer que les pistes de réflexions ne manquent toujours pas. Faut dire, que ce ne sont pas des pistes que j’ai à remonter, c’est pas sur des petites pierres que j’ai trébuché. Ce sont plutôt des autoroutes de réflexions que je dois prendre à contre-sens et sur lesquelles putain c’est trop con,  je me suis pris des putains de camion. Des chocs frontaux pour lesquels aucune déclaration n’a été faite, et il faut maintenant revenir sur les lieux des drames et analyser les dégâts. Mais ne vous inquiétez pas, mon psy imaginaire m’aide à consigner tout cela dans des rapports détaillés.

J'ai aussi rencontré des gens pas imaginaires (et pas psy).

J’ai aussi rencontré des gens pas imaginaires (et pas psy).

En trottinant avec mes baskets crottées dans les allées boueuses de la ferme (Oui, j’ai des baskets. Et oui, je trottine. La nature, ça vous transforme.), j’ai compris que la vie ça ne peut pas toujours être une route arc-en ciel ponctuée de cadeaux-surprises avec une force bienveillante qui vous remet toujours sur les roues si vous chutez. Non, à trente ans, il est normal de tomber dans des crevasses et de gravir des montagnes dans des terrains encore un peu vagues. A trente ans, des accidentés de l’existence, il y en a plein en fait, et ce qui est rassurant c’est qu’ils sont là, à côté, prêts à faire des détours et à franchir les obstacles avec vous.

Alors, je vous annonce que j’ai repris les commandes de ma vie et que j’entreprends activement toutes les réparations nécessaires. J’ai d’ailleurs déjà quelques idées pour mon nouveau départ, dont je vous ferai peut être part lors du prochain point Bison futé.

En attendant, n’oublions pas que c’est un « Je cruel » mais c’est la vie pour l’éternité.

4 réflexions sur “Once upon a time… Les chemins de St Jacques d’Alabama

  1. Pingback: Once upon a time… Cent vies sur la toile. | Once upon a time... In New Orleans

  2. Parfois on a envie de chanter
    « J’ai la vie qui m’pique les yeux
    J’ai mon p’tit coeur qui est tout bleu
    Dans ma tête je crois bien qu’il pleut
    Pas beaucoup mais un p’tit peu »

    Parfois on a juste envie de danser…
    Et toi, tu danses bien 🙂

    Encore un bel article, tu arrives même à être drôle quand clairement tu n’as pas que ça à faire.
    Bravo l’artiste.

    Aimé par 1 personne

  3. Reprends bien les commandes! La bise de la semaine (j’ai tente de l’envoyer par SMS mais tu es déconnectée ce qui est très bien) en attendant de te relire ou revoir, ressource toi bien… Sophie.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s