Once upon a time… Chicago

Chère Mademoiselle,

Afin de vous éviter un burnout dû à une charge de travail trop importante (Genre. Non,  mais la prof quoi.), ainsi qu’une dépression liée à une trop grande pression médiatique (moi aussi je vous emmerde aime.), nous vous prescrivons UNE semaine de vacances à base de trois puissants remèdes liquides: le café, la soupe et la vodka-cranberries.

Tout au long de votre voyage, une infirmière veillera sur vous (Enfin, un peu. Ou pas. Elle vous accompagnera quoi.) afin d’éviter tout oubli dans la prise des fameux breuvages médicinaux (Certifiée meilleure infirmière du faux monde ©.)

Hey... J'ai aussi du Citrate dans ma trousse de secours...

Miaou… J’ai aussi du Citrate dans ma trousse de secours…

En complément de cette cure liquide, nous vous imposerons une cure de sommeil. Il vous sera formellement interdit de vous lever avant que la cloche ne sonne dix fois (et que le train ne passe 60 fois), et notre infirmière sera totalement intransigeante sur ce point, sous peine de ne pas être du tout du tout contente (mais alors PAS DU TOUT).

Et comme on dit « qui dort, dîne. », il vous faudra donc aussi bien dîner que ce que vous dormez. (Tout est question d’interprétation.). A vous fromages et saucissons, nouilles chinoises made in Chinatown et pâtes italiennes made in Mexicantown (Ben oui, c’est comme ça.), croissants au beurre et donuts au sucre, deep dish pizza et burgers organiques. La vie est un repas.

Bon, et tout le monde sait qu’un peu d’exercice physique ne fait de mal à personne (Va dire ça à mes muscles fessiers après une journée de marche.). Donc marchez, marchez, marchez. Achetez un parapluie et marchez. Achetez des chaussures trop belles et marchez. Marchez, grimpez les immeubles, longez le Michigan, parcourez le Loop. Marchez. Hop, hop, hop.

Oups, je suis allée trop loin.

Oups, j’ai marché trop loin.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tout le monde sait aussi, qu’un beau corps n’est rien sans une belle âme et un cerveau qui fonctionne bien. Alors, arrêtez de dire du mal (votre avion va finir par s’écraser.) et faites chauffer vos méninges pour vous enfuir de cette pièce contaminée par de dangereux virus et gardée par un horrible zombie. (Oui, bon, j’ai rien compris, mais je- m’en-fous-je-suis-belle).

Derrière cette porte, c'est comme à Noel quand ma famille s'amuse à résoudre des énigmes.

Derrière cette porte, c’est comme à Noel quand ma famille s’amuse à résoudre des énigmes.

Enfin, nous évaluerons votre acuité visuelle à travers un petit jeu. Repérez les moustaches blondes, les hommes à deux oreilles percées et ceux qui portent du rose. Ou comment devenir fou en entrant dans une rame de métro.

Ah… Mais j’allais oublier. La CULTURE! Concert, Cabaret, Musée… Dansez, écoutez, regardez, encouragez. Vous avez autorisation de sortie illimitée, profitez, c’est bon pour le moral.

Mademoiselle, voilà votre ordonnance. Appliquez là à la lettre. Mais sachez que votre retour sera d’autant plus dur et douloureux. Vous aurez mal au ventre, au coeur, à la tête. C’est normal, c’est la vie qui reprend le dessus. Revenez me voir, je vous prescrirai de bonnes doses d’amitié.

L'amitié. Pour survoler les problèmes.

L’amitié. Pour survoler les problèmes.

3 réflexions sur “Once upon a time… Chicago

  1. Pingback: Once upon a time… Cent vies sur la toile. | Once upon a time... In New Orleans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s