Je suis prof, et (je) ça vous emmerde.

Hier, quelqu’un m’a dit «Encore en vacances ? Mais tu travailles jamais ! ». Dans ton imaginaire, j’ai probablement les joues roses et l’oeil alerte, je sautille d’élève en élève pour leur expliquer en comptines les règles difficiles et je dors du sommeil de la bien-heureuse, fière du métier accompli et comblée par mes nombreux loisirs : cuisine, guitare, peinture sur verre et scrapbooking. Alors, cher quelqu’un, sache que mes dix dernières semaines travaillées 50 heures chacune, seule devant mon ordinateur, devant mes élèves ou devant mes cahiers, ne me laissent même pas l’énergie de faire ma lessive. Je suis crade, j’ai des cernes et je suis proche du coma par épuisement. Et pendant ce temps, mes élèves continuent de sautiller, sans fin.

Hier, quelqu’un m’a dit « T’as de la chance quand même, à 4 heures tu as fini ta journée. » Dans ton imaginaire, j’ai probablement une armée de petits elfes qui vient le soir à l’école imprimer mes exercices et corriger mes copies, ce qui me permet de manger mon choco BN trempé dans du lait, tranquillement installée sur mon canapé pour le goûter. Alors, cher quelqu’un, sache que pour moi, à 4 heures la journée commence réellement et le plus dur est devant moi. Plusieurs heures de travail fastidieuses, les yeux plissés sur les lignes bleues des cahiers pour ne surtout pas laisser passer la moindre faute, synonyme d’une réaction immédiate d’un parent mécontent, prof indigne que je suis. Et pendant ce temps, mes élèves continuent de coller leurs feuilles à l’envers et d’écrire octobre sans r.

Hier, quelqu’un m’a dit « Oui, enfin bon, l’addition posée c’est pas bien compliqué». Dans ton imaginaire, la tâche la plus ardue de mon travail consiste probablement à calculer une division à deux chiffres. J’ai d’ailleurs arrêté ma scolarité en 5ème parce que je n’en voyais pas l’utilité pour faire maîtresse en CP. Alors, cher quelqu’un, sache que la pédagogie est une science complexe, et que chaque activité simpliste proposée à mes élèves est en fait le fruit d’une réflexion intense qui fait fumer mon cerveau. Activités qu’il faut penser progressives, et répartir sur la semaine, la période, l’année, le cycle… mais je te perds, je manque de pédagogie. Et pendant ce temps, les élèves continuent d’oublier la retenue.

Hier, quelqu’un m’a dit « Moi aussi, je garde ma petite nièce le mercredi. » Dans ton imaginaire, je fais donc probablement de la garderie. On fait des peintures libres avec les doigts, on joue à 1-2-3 soleil et on se lave les dents avant d’aller à la sieste. Alors, cher quelqu’un, sache que moi je ne garde pas ta petite nièce les autres jours. J’enseigne, je répète, j’éduque, je soigne, j’écoute, je dialogue, j’apprends. Je fais prof, infirmière, psychologue, gendarme, assistante sociale, médiatrice, mais pas nounou. Et pendant ce temps, mes élèves continuent de travailler, de se tromper et d’apprendre.

Hier quelqu’un m’a dit « J’aurais dû faire prof aussi». Dans ton imaginaire, être prof c’est probablement avoir plein de vacances, finir de travailler à 4 heures, enseigner les rudiments et passer le temps entre récréations, art et sport. Alors, cher quelqu’un, sache que le concours est ouvert à tout le monde et qu’on accepte beaucoup mieux les nouveaux collègues que les remarques exaspérantes. Sache que tu signeras aussi pour y avoir droit toute ta vie, avec un sourire forcé. Mais comme on aime notre métier, on est prêt a tout entendre…

« Ah non, mais moi, toute la journée avec des enfants, je peux pas. » Ben tu vois, nous on peut, mais il nous faut des vacances. Deal.

Et parce que, chers quelques uns, vous êtes ma meilleure source d’inspiration, une petite mise à jour:

Aujourd’hui quelques-uns m’ont dit « Tu te plains tout le temps. » Dans votre imaginaire, j’ai probablement des pancartes de manif greffées au bout des bras et je suis plus proche de Grognon que de Prof au quotidien. Alors, chers quelques-uns, sachez que je ne suis pas plaignante (Non-coupable. Ne me brûlez pas sur le bûcher.), je suis énervée. ARRRRRRGGGGGHHHHHHHHH. Et pendant ce temps, je continue à aller à l’école avec le sourire, Simplette que je suis.

Aujourd’hui quelques-uns m’ont dit « Tu crois que tu fais le métier le plus difficile du monde et que t’es au-dessus des autres. » Dans votre imaginaire, j’ai probablement mon diplôme d’instit encadré dans mon hall d’entrée et je me réunis avec ma secte de profs le mercredi après-midi pour baver sur les autres professions. Alors, chers quelques-uns, sachez que je ne fais pas une hiérarchie des métiers et que je suis aussi admirative de mon médecin, la caissière du supermarché, le barman du PMU… Et pendant ce temps, je continue d’avoir des conversations enrichissantes avec ma copine styliste.

Allez, je vous laisse, j’ai pas le temps, je suis en vacances. Okay, Coupable. Brûlez-moi.

495 réflexions sur “Je suis prof, et (je) ça vous emmerde.

  1. Non mais arretez de vous plaindre
    Si vous êtes pas content changer de métier
    On est plus à l’âge de pierre et le monde évolue
    Le temps de, la toute puissance des instits et finis
    Maintenant c’est l’échange entre parent et enseignant
    On a tous un savoir et il faut le partagernpour le bien être des enfants .

    Tous ce que je remarque c’est que vous aussi les profs vous nos faites la morale et votre psychologie à deux balles sans même savoir à qui vous vous adressez.

    C’est comme, les medecins qui croivent détenir toutes les connaissances , historiquement c’est comparable
    Et pourtant vous aimez qu’il ne vous reconnaissance pas en tant due personne singuliere, non?

    Et ben c’est pareil pour les enfants et les parents.
    Oui c’est pas tous les jours facile, c’est ça travaille avec l’être humain
    C’est une remise en question tout le long de sa carrière.
    C’est devoir se former sur l hyperactivite, le cerveau droit, la chronobiologie,, la relation parent enseignant, l’écoute active ……

    C’est aussi savoir mettre ces problemes de côté, car même lorsque vous venez avec le souris , certain enfants resentent vos problemes.
    On les reconnaient car ils sont turbulents, agités…
    Et vous les catalogués d’inadaptès , d incapable…
    Alors que pour certains , ils sont surdoués, ils fonctionnent avec leurs cerveaux droit, que parfois ils ont justes des problemes d’estime d’eux, de reconnaissance. …

    La pedago juste comme une fin en soi
    C’est dépasse

    Il est temps de regarder les chose avec singularité et empathie
    Et savoir s’adresser aux parents avec professionnalisme et bienveillance
    Vous avez pas la vérité et personne ne l’a
    Alors soyons à l’écoute
    Car je vous rappelle que c’est grâce aux parent qu’il y a des enfants
    Et aus instits qu’il y a des élèves

    J'aime

      • Et bien, si certaines et certains collègues avaient encore des difficultés à interpréter l’expression « jeter des perles aux cochons ! » je pense qu’en lisant les remarques acerbes dispensées sur les enseignants, elles et ils en auront une très bonne illustration !
        Pourquoi nous demande-t-on d’éduquer (alors que nous ne sommes pas formés pour…) et d’instruire des personnes qui n’y tiennent pas ! pour rendre ce monde meilleur ??? le devient-il vraiment ?
        Il n’y a pas si longtemps, seulement 30% d’une classe d’âge avait le bac, et la majorité de la population ne « crachait » pas autant sur les enseignants (bien au contraire !)
        Effectivement, les parents ne sont pas des ignorants imbéciles, mais oui, ils sont devenus haineux envers les enseignants.
        Avant de vilipender les enseignants, il faudrait peut être s’essayer dans le métier (pas à l’étranger où les conditions sont différentes, tant par la reconnaissance du métier, que par les conditions de travail : nombre d’élèves par classe, diversité sociale, culturelle et ethnique, moyens techniques ou humains dans les classes, pour les enfants en difficulté, etc…)
        Un petit exemple, on me demande de faire de la pédagogie différenciée à 35 élèves par classes, soit 90 seconde par élève sur une heure ! avec une hétérogénéité fabuleuse, puisque les redoublement ne servent à rien, les élèves passent en classe supérieure sans les acquis nécessaires à la compréhension des connaissances enseignées au niveau suivant, mais cela, bien sûr, c’est de ma faute, mais pas celle de nos dirigeants qui fixent les programmes, les modalités d’enseignement et les conditions de passage… quelle démagogie ! J’attends toujours que l’on me montre comment faire ! (et je pense encore attendre très longtemps…)

        Alors, si les élèves ne réussissent pas, c’est surement de la faute de ces maudits enseignants, incapables, fainéants, incompétents, drogués, alcooliques, j’en passe et des meilleurs, mais absolument pas parce que les élèves n’ont pas forcément les capacités, ou la forme d’intelligence qui siet à l’apprentissage théorique, ben oui quoi, les capacités et les acquis, tous les élèves les ont, il n’y a que dans le sport que certain en ont, et pas d’autres !

        Alors au lieu de critiquer sans savoir, faites quelque chose de constructif pour les enfants de ce pays, puisque c’est si facile, venez nous montrer vos compétences en passant les concours d’enseignants, on en manque cruellement aujourd’hui puisque tous les postes ne sont pas pourvus, ils sont ouverts, il suffit juste d’avoir un bac+5, voir même pas, puisque les heureux parents d’au moins trois enfants et les sportifs de haut-niveau sont exemptés de diplôme !
        Après quelques années en ZEP dans le 93 on en reparlera…
        Mais peut être pensez vous que sans un minimum de connaissances dans une discipline, on peut être capable de l’enseigner ???

        J'aime

  2. J admirai sincèrement les instits et a force de déception et de mépris la cassure a eu lieu
    Les parents ne sont pas des ignorants imbéciles haineux non non et non alors cessez vos insultes méprisantes
    Parents et enfants ne sont pas responsables de vos frustrations et du manque de moyens mis a votre disposition
    Vous voulez de la reconnaissance alors arrêtez d accuser la terre entière le respect ce n est pas a sens unique
    Nous esperons juste pouvoir communiquer avec vous sans crainte de représailles pour nos enfants parce que oui vous demander de surveiller la récréation des maternelles activement c a dire pas assis a papoter est comme une agression pour vous
    Vous êtes humain alors ne croyez pas avoir toujours raison et surtout admettez le et ne vous sentez pas agressé dès que l on ne pense pas comme vous
    Merci pour votre compréhension
    Oh combien je suis d accord avec carine

    J'aime

      • Il faut leur metre 35 heures réel par semaine et 5 semaines de vacance par ans pas plus ils peuvent aider les élèvent en difficulté au lieu de rien faire arrêter l’assistana abusif ,leur payé maxi 1500 euro ,retiré tous les avantages ,viré les pedophile ,les cas social ,les drogué , les profs en dépression ou arrêt maladie toutes les 2 semaines ,les fou etcs.._. On se retrouve a 99 % de cas de se genre et d’incompetant voir bon a rien chez les profs regarder cette prof qui fait sa promo a la télé ‘ ancienne dileuse et drogué , qu’elle honte a foutre dehors sans indemnité ,c est de la mise en danger ,et bonjour l’exemple ,toutes personnes ayant eu a faire avec la justice devraient etres interdite dans se domaine ,ils y a plus que sa ,on en veut plus,jais déjà fait virée ou exclure du domaine éducatif 2 de ses assisté et jen suis fier ,une directrice et profs sans diplome afférent qui passé sont temps sur les site porno , et les fautes on s’en fiche d ailleurs en fesant des texte court tu te mouille pas a grande habitude bref faire du tri et leurs retiré tous les avantages et la on retrouverais l’etique et la bonne moralité je suis aussi pour un dépistage drogue et alcool tous les 3 mois ils en on bezoin ha y a des fautes a toi profs corige pour une fois tu bosse , sa fait drôle non ? stop au cas sociale dans l éducation national

        J'aime

      • @Charlemagne

        C’est curieux que les concours d’enseignement soient aussi vide, pour un métier tellement facile et avec autant d’avantages, non ?
        Ou c’est votre «  »analyse » » qui est à revoir peut-être ?

        J'aime

  3. Pingback: Once upon a time… Cent vies sur la toile. | Once upon a time... In New Orleans

  4. Merci pour cet article … je ne suis encore qu’au stade d’étudiante pour devenir professeur des écoles mais je sais déjà ce que pensent les moldus de « nous » et Cécile, tu nous défends beaucoup mieux que moi.

    J'aime

  5. Pingback: Interview de Cécile Bonnet ou les incroyables aventures d'une nîmoiselle à la Nouvelle-Orléans - Les Nîmoiselles

  6. Je ne lis pas le Charlie (un torchon vulgaire depuis une dizaine d’année – il a viré Siné – et un organe de propagande néoconservatrice tenu par Val qui n’a rien d’un communiste).

    Je me réinforme sur Internet sur des sites complotistes, comme Égalité et Réconciliation (oui, je suis un MECHANT !!), la Voix de la Russie et Agence Info Libre. C’est de là que j’en connais un rayon sur la journaloperie mainstream.

    J'aime

  7. C’est sympa ce billet … Et ça marche toujours avec les plus énervés contre le fonctionnariat !!! Pffffff !!!! Allez, il n’y a pas de sot métier , mais il n’y a pas de métier idyllique non plus !!! Moi, suis avec un paysans (de la race des plus travailleurs de la terre, ceux que tout le monde respecte tellement ils travaillent, sont pas toujours payés et ont une retraite pourrie !! Ben ……….. il trouve que je travaille trop, moi, pauvre instit’ toujours en vacances !! Drôle non ???

    J'aime

  8. J’adore ! Moi qui suis remplaçante depuis plusieurs années dans le privé (sans concours) et qui repasse mon concours cette année … (donc avant d’avoir eu le concours j’ai eu aussi droit à tout le côté obscure du métier) … je réponds la même chose : vas-y, fais le si c’est si cool!! Oui il y a des avantages je ne dis pas le contraire mais un métier de fainéant : non !

    J'aime

  9. Super coup de gueule..pour d’autres folies de prof du même genre voici ma page fb « prof de merde » pcq nous aussi on a le droit de se lâcher…

    J'aime

  10. Bonjour ,
    billet très drôle et qui fait passer un bon moment quand on repense à ces discussions entre amis où cela dérape systématiquement sur nos trop longues vacances et notre trop gros salaire (sic!) pour un métier qui apparemment est faisable par n’importe quel parent qui se permet de venir vous donner des conseils sur la gestion de votre classe…Bref c’est drôle et j’imagine que c’est l’effet recherché sans prétention alors les commentaires prises de tête , no life , de gens qui viennent donner des leçons du : « moi d’abord suis mieux , suis… » on s’en balance! Aller écrire un blog sur votre aigreur des professeurs et circulez ! Votre avis n’est pas obligé de s’empêcher ici…
    Merci à l’auteur donc pour ce biais doux amère qui m’a permis de bien commencer ma journée avant d’attaquer les cours avec mes petits monstres 🙂

    J'aime

    • Toujours à vous plaindres ! vous le dites vous même , même vos amis vous aime pas ,il faut des mesures corectionnel pour les feneant c tous , et notre avis on te le dit et on t’en merde du haut en bas ,si tu veu pas te faire craché dessus change de métier ou t toi assisté ,voilà une bonne raison pour te mètre en arrêt maladie enfin c bien déjà tu est concient que le peuple t aime pas et te voie comme un profiteur assisté et feneant

      J'aime

  11. Etant prof moi-même, je n’en peux plus non plus des commentaires que les gens non-profs nous balancent dans la tronche, persuadés de savoir mieux que nous en quoi consiste le métier de professeur. Il serait temps que nous soyons revalorisés au niveau de notre image. Le prof n’est qu’un serviteur qu’on paye pour être l’objet de critiques de la part de parents, d’élèves, de la société.

    J'aime

      • Facile! pour ton info nous aimons notre métier .Ce que nous détestons ce sont les critiques injustifiées émises par des ignorants.Sache une chose:quand un enseignant veut changer de métier,non seulement c’est le parcours du combattant mais en plus c’est mal vu.Passe une semaine en immersion avec un enseignant du primaire et je pense qu’après tu réviseras ta copie!!!

        J'aime

    • Faut le prof n’est qu’un assisté et cas social bien souvent drogué et racailleu profiteur et feneant toujours en vacance et en arrêt maladie, alors au prix ou l’on vous paie a rien faire ,je vous rappel que vous n’êtes pas la science infuse loin de la vous n’êtes que des assisté responsable d une grosse parti de la dette en France

      J'aime

      • Je comprends à la syntaxe générale de vos commentaires que vous en vouliez à vos enseignants. Mais que voulez-vous, mettez-vous à notre place : nous avons aussi des élèves comme vous l’avez été, et la tâche est plutôt ardue !

        J'aime

  12. Et si plutôt que de se demander si les enseignants sont de pauvres petites choses que ni les élèves ni leurs horribles parents ne respectent on regardais le problème par l’autre bout? Mettons-nous donc à la place des élèves: On leur demande de rester le derrière sur une chaise de 8h du matin à 11h30. Pendant ce temps, on leur explique des choses qui leur parlent un peu, beaucoup, pas du tout … c’est sans importance. Il faut lever le doigt avant de parler, donner la réponse attendue par la maîtresse, dire « oui madame », « je peux aller faire pipi madame? » Et là, la maîtresse répond non! (Ah oui, quand on est enfant, on va faire pipi seulement quand ça convient à la maîtresse, et pas quand on en a besoin!) Donc on a envie de faire pipi, mais il faut continuer à ne pas déranger (même si ce qu’elle raconte est incompréhensible ou ennuyeux à mourir), à écouter bien attentivement ce que dit la maîtresse (oui parce que dire qu’on s’ennuie c’est mal poli et on se fait punir!), à participer, à s’intéresser, se taire surtout! et lever le doigt…Oui mais… je peux aller faire pipi maîtresse? Non, car maintenant il faut apprendre ce que c’est la photosynthèse! Et pour se faire, on ne va pas aller dehors et découper des feuilles en morceaux, non! On va lire un texte sur une photocopie et on va colorier un schéma, qu’ensuite il faudra apprendre par coeur à la maison! Oui mais maîtresse j’ai rien compris et… je peux aller faire pipi? Oups, elle est viielle la maitresse, elle ne sourit pas beaucoup…enfin, pas du tout. Pfff et elle hurle! Et dire qu’il n’est que 9h et que c’est le jour de la rentrée…
    Sincèrement, combien d’entre nous (adultes) sont allés faire un tour aux toilettes, et puis tiens, se sont enfilés un petit café et une petite cigarette avant de retourner dans cette satanée salle de conférence ou l’autre boulet nous gonflait depuis une éternité avec un concept à la gomme et où notre postérieure nous démange à force de rester assis sur cette chaise?
    La capacité d’attention soutenue d’un adulte est de 40mn. Celle d’un ado, de 20mn. Je vous laisse deviner combien de temps un enfant arrive à rester concentré sur un sujet. Devinette: et sur un sujet qui ne l’intéresse pas ou qu’il ne comprend pas? Combien de temps vous tenez assis sans bouger sur une chaise vous?
    Les enseignants s’épuisent parce que l’école n’est pas faite pour les enfants. On leur demande des choses que nous adultes n’arrivons pas à faire. Pour couronner le tout, on ne les respecte pas en tant qu’individus: vous demandez la permission pour aller au WC vous?
    Alors sincèrement, plutôt sure de nous apitoyer sur le sort des enseignants, demandons-nous pourquoi cette animosité, et pourquoi ce manque de respect? C’est peut-être parce que bien des enseignants ne respectent pas leurs élèves!
    Ils n’ont de compte à rendre à personne, n’ont aucune contrainte par rapport à la manière de noter ou d’évaluer, d’élaborer leurs cours et sont couverts par leur hiérarchie quand il manquent à leurs devoirs les plus élémentaires (combiens de plaintes de parents pour harcèlement moral, violences physiques, brimades, stigmatisation aboutissent?? Et pourtant ce sont des pratiques courantes. Allez les enseignants, vous ne vous êtes jamais laissé allé à secouer un enfant par le bras en lui hurlant dessus? J’ai pourtant assisté à plusieurs reprises à de tels scènes! Quand ils ne maîtrisent pas leurs classes, ce n’est pas parce qu’ils son incompétents sur la plan pédagogique, non, c’est parce que ces gamins sont mal élevés! Le constat est affligeant et se sont nos enfants qui se font broyer quand ils ne rentrent pas dans les cases!
    Mais tout cela n’engage que moi, qui suis maman et enseignante, et qui en a RAS LE BOL d’entendre les enseignants pleurnicher!!!

    J'aime

    • Waouh!! Pourquoi tant de haine?????? Vous êtes enseignante???? Quant à moi je connais beaucoup d’enseignants valeureux et passionnés par leur métier. Et si on commençait, tous, par voir ce qui va bien avant de voir ce qui ne va pas??? Même si effectivement tout ne va pas bien et qu’il faudrait réformer bien des choses dans notre système éducatif… Utiliser toutes les bonnes volontés au lieu de cracher sur la soupe… Bonne journée à tous!

      J'aime

      • Cher Guibert,

        Je ne crache pas dans la soupe. Je suis enseignante en Suisse, en endroit ou la majorité des enfants se sentent bien (voir les résultats de la ressente étude PISA) à l’école et ont le sourire, ce qui n’est pas le cas des mes enfants qui malheureusement sont à l’école en France et que je ne peux pas mettre en Suisse. Mon fils, quand il va à l’école le matin, dit « allez courage, à 15h30 je sors de taule. Pourquoi tant de haine? Peut-être parce que l’école nous fait vivre un enfer, depuis cinq ans maintenant. Que je suis convoquée parce que mon fils de 10 ans se permet de rêver en cours! Vous vous rendez compte du scandale! Rêver…à 10 ans. Parce que la maitresse m’a dit « votre fils ne rentre pas dans les cases. C’est un élève brillant mais il va être considéré comme un flemmard au collège et va se faire massacrer ». Ah oui, j’ai oublié de vous dire que pour notre malheur, mon fils est un enfant précoce (140 de QI). Mais comme nous ont dit les profs, ça s’achète un résultat de QI. Alors, pour faire entrer mon fils dans les cases, vous savez ce qu’ils font ces pros de la pédagogie? Ils lui font passer ces journées dans le bureau de la directrice, qui lui hurle dessus, lui dit qu’il va rater sa vie, et lui fait recopier l’annuaire. Sa maîtresse, elle trouve que de le mettre à la porte (je veux dire dehors) en T-shirt en plein hiver, ça le calmera. Et moi, tous les matins, je suis obligée de laisser mon enfant, que j’aime plus que tout à ces folles! Et je n’ai aucun recours, puisque l’inspectrice trouve que le problème vient de moi, qui refuse l’autorité des profs. Si je me permettais de faire le quart de ce que ces gens se permettent de faire à mon fils à un de mes élèves, ça fait longtemps qu’on m’aurait coller un procès (bien mérité ) aux fesses! Quand à ma fille, elle s’est pris un coup de point dans la tête d’un enseignant, qui voulait lui montrer que « ça fait mal les coups de point dans la tête ». J’ai mal pour mes enfants à chaque fois que je dois les laisser à l’école. Et je ne suis pas un cas isolé malheureusement. Demandez aux parents d’élèves
        , demandez aux médiateurs, aux psychologues ce qu’ils pensent du travail de massacre des enseignants!
        Voilà pourquoi tant de haine! Et il y en aurais encore des kilos à raconter sur d’autres enfants, et ce que leurs parents endurent.

        J'aime

      • Si votre fils a un QI de 140 à 10 ans, c’est normal qu’il ne rentre pas dans la case et qu’il s’ennuie à mourir dans sa classe. Chercher une école ou il n’y a que des enfants comme lui, ou voyez avec le rectorat pour qu’il saute des classes et qu’il se retrouve dans une classe à la hauteur de ses connaissances pour qu’il puisse continuer à apprendre. J’ai vu un reportage d’un enfant précoce, mais malheureusement c’est aux parents à faire le nécessaire pour sauver son enfant, l’éducation nationale s’en fout il le considère et vont en faire un cancre. Alors faite lui faire un test de QI et portait le au proviseur, avec une petite menace pour lui foutre les jetons. Cela s’apparente à de la maltraitance. Courage, si j’étais dans votre cas je deviendrai tigresse, et pour votre fille, si vous pouvez changer la d’école

        J'aime

      • Cher Catherine,
        croyez bien que j’ai déjà fait tout ce qui était possible de faire. Test de QI à l’appuis. Mais les enseignants ne sont absolument pas formés pour prendre en charge des enfants précoces et ne sont d’ailleurs souvent même pas disposés à s’informer. Quand à une école spécialisée, il n’y en a pas là où nous vivons. Il faudrait que je mette mon fils à l’internat toute la semaine. Quand à menacer qui que ce soit, c’est bien inutile. Les enseignants en France n’ont de comptes à rendre sur rien, et sont donc intouchables. Alors j’ai changé mes enfants d’école, et disons que que les violences physiques ont cessé, mais pas les erreurs (monumentales) sur la plan pédagogique. En définitive, on se rend compte que l’école n’est pas pensée ni faite pour les enfants. Ce qui est regrettable, c’est qu’elle n’est pas faite pour les enseignants non plus, quand on lit ce qu’ils écrivent. Mais alors à qui convient donc cette école?
        Bon courage à tous les parents qui en bavent et surtout à leurs enfants!

        J'aime

      • Cher Carine
        Je comprends votre désespoir. Je suis également maman d’un EIP. Il a lui aussi souffert de l’incompréhension des camarades, des instit (bureau renversé dans le couloir et pendant que les camarades copiaient la leçon il devait ranger et se débrouiller pour rattraper, j’en passe et des meilleures), des autres mamans. la seule solution que j’aie trouvé c’est de lui faire faire une activité où il s’est retrouvé avec ses pairs (échecs) et dès que j’ai pu je l’ai mis dans un lycée privé habitué aux enfants EIP où il a pu enfin respirer. En attendant, je lui ai appris à »rentrer dans les cases » (je suis enseignante et connaît donc les ficelles) car malgré tout pour suivre une scolarité et poursuivre des études il fallait qu’il ingère les méthodes et la notion d’effort que ne lui demandaient pas ses grandes facilités. Aujourd’hui il est en maths sup mais il rame n’ayant jms eu l’habitude de travailler. Je ne sais pas si une école adaptée existe pour ces enfants, je crois qu’il faut au maximum leur apprendre à s’adapter au monde qui les entoure car ils devront vivre avec. Mais le fait de pouvoir s’épanouir dans une activité comme les échecs où il excelle est un échappatoire salvateur. J’ai connu des enseignantes qui excellaient avec leurs élèves mais ont rejeté la surdouance de mon fils comme une offense. Je ne leur en veux même pas. Ces enseignants ne sont pas formés. Mais j’essaie d’être à l’écoute de ces enfants quand j’en rencontre et de nouer le dialogue avec eux. Ce n’est pas tjs facile même en étant de leur côté. Je me bats face aux collègues ignorants en leur expliquant la souffrance qui se cache derrière ces EIP. J’arrive parfois à le leur faire comprendre.
        Bon courage!

        J'aime

    • Au secours ! Comment faites vous pour survivre dans un tel milieu professionnel. Moi aussi je suis maman, et je ne suis plus enseignante depuis 4 ans. Des collègues compétentes et empathiques, j’en ai eues. D’autres qui auraient mieux faire de faire autre chose, j’en ai vues aussi, et j’en ai même souffert. Et si le monde pédagogique est si noir que vous le dites, qu’y faites-vous ?

      J'aime

      • Je suis enseignante, mais pas en France. Je travaille en Suisse. La relation aux élèves est totalement différente. On peut aller jusqu’à dire que c’est un autre monde. Quand j’entends les enseignants français se plaindre, je suis scandalisée. Je ne considère absolument pas être à plaindre: j’ai des collègues avec qui on rigole beaucoup, des élèves très touchants que j’apprécie énormément et des relations cordiales voir amicales avec de nombreux parents. Je suis donc tout à fait épanouie et heureuse dans mon travail. Je suis triste pour tous ces enfants pour qui l’école française est une souffrance. Les enseignants français appliquent des méthodes pédagogiques totalement dépassées, ou même nuisibles pour les enfants. Ils s’usent à se battre « contre » les élèves (le camp ennemi!) qu’il faut mater, dresser, dompter. C’est ridicule! Ils n’ont malheureusement toujours pas compris qu’on ne peut pas fonctionner avec une classe si on a pas gagné le respect et la confiance de ses élèves, et je dis bien gagner. Car la confiance d’un enfant cela se mérite. Le respect des parents également. Pour être honnête, je suis horrifiée devant tant d’incompétence, de manque de professionnalisme. Je considère avoir des comptes à rendre sur la qualité de mon travail à mes élèves et aux parents qui me les confient! Les parents sont exclus de l’école française. Combien de fois avez-vous pu assister aux cours de vos enfants. Chez nous, les parents
        ont l’occasion de venir voir comment cela se passe trois semaines par an. Ils assistent au quotidien de leur enfant. Je peux vous citer l’exemple d’une enseignante de collège qui a passé une année scolaire dans mon établissement dans le cadre d’une formation tri-nationale. Le dernier jour d’école, elle a fondu en larme, nous a dit que jamais elle n’aurait imaginer qu’on puisse avoir de telles relations avec les élèves. Elle a tenu trois mois à son retour en France, a démissionné de l’éducation nationale et est aller enseigner en Allemagne. Les enseignants français ont un énorme travail de remise en question à faire: il n’y a cas regarder les résultats de l’étude PISA!

        Aimé par 1 personne

    •  »Secouer un enfant par le bras en lui hurlant dessus »?, je pense que si on en arrive là, c’est qu’il y a un problème!
      et puis ça suffit de stigmatiser en bloc !

      J'aime

      • Oui, il y un problème: trop d’enseignants frustrés, incompétents, dépassés, ne maitrisant pas leurs nerfs! Mon fils en a fait les frais, mais je peux vous mettre en relation avec plein d’autres enfants / parents qui sont choqués et en colère parce que des enseignants se permettent n’importe quoi avec leur enfant. Pour que les choses soient claires, mon fils est bien éduqué, poli, et reçoit une éducation ou le respect de l’autre est une priorité… Le respect justement va dans les deux sens! Alors quand un adulte référent en arrive à de telles extrémités, quand plusieurs enseignants malmènent de nombreux élèves d’un même établissement, il y a de quoi être choqué et en colère! (et cela n’a rien d’un cas isolé!)

        Aimé par 1 personne

    • Super tu dois enseigner mieux que tous les autres alors. Tu ne dois avoir aucun problème et ne pas rentrer fatiguée le soir, donne ta recette aux autres enseignants alors.
      PS je suis enseignante, je travaille depuis 32 ans (j’ai 54 ans bientôt) je n’ai jamais refait ce que j’avais fait l’an dernier, je monte toujours des projets avec mes classes. Je me pose toujours des questions pour intéresser et rendre acteur et auteur mes élèves. Je ne pense pas être la seule (‘en suis d’ailleurs sûre) , j’adore mon boulot, mais je suis crevée le soir, vidée même quelque fois et je ne supporte plus que des personnes qui n’ont jamais supporté plus d’un ou deux gamins (les leurs en général) me disent ou disent des enseignants qu’ils ne foutent rien. Je ne plains pas, mais j’en ai le droit comme tous les autres métiers (du conducteur de grue, au postier en passant par la coiffeuse et l’épicier du coin!!!

      J'aime

      • Si si, je vous rassure, je suis fatiguée! Parce que je me suis levée à 6heure du matin, que j’ai travaillé toute la journée, fait les courses après le boulot, me suis occupée de mes enfants (devoirs, repas..9 qu’ensuite j’ai préparé mes cours, en qu’ensuite enfin, j’ai pu aller me coucher. Je suis fatiguée mais satisfaite de mes journées, ce qui ne me semble pas être le cas de beaucoup de Profs en France quand je vois la tête qu’ils font, l’agressivité Avec laquelle ils s’adressent aux en fants, parents…Non je ne suis de loin pas la meilleure, il y a plein d’enseignants bien plus calés que moi. C’est d’ailleurs sans doutes pour cela que la Suisse a terminé 3ème au Test PISA et que la France était dans les choux!! (oui, je fais de la provoc!

        J'aime

      • Le nombre de clichés bobos-bien-pensant et psychologisants étalés par la soi-disant enseignante « suisse » relève du risible. Cela sent plus le recraché du blog de l’ignoble Eric Charbonnier sur l’ImMonde que le vrai vécu. On dirait « zexpert » parisien donneur de leçons, assis dans un bureau et bien gavé.

        Là où, dans cet étalage de sottises psucho-pédagoles, il manque un détail, c’est le salaire. En Suisse, le salaire est le triple (au minimum) de celui d’un instit français.

        Cette soi-disant « enseignante en Suisse », en plus en vivant en France et en profitant de la situation de frontalier, vous donnera des leçons sur vos « privilèges » tout en vivant comme une supère-privilégiée. A moins que ce soit une « zexpert » de sciences-po cachée derrière son pseudo. Dans tous les cas, c’est l’hôpital qui se fout de la charité. C’est si typique de nos pseudo-zélites formatées politicardes !

        J'aime

      • Rien que ça! Si ce n’est pas de la jalousie avec un brin de frustration… ça y ressemble. Votre maman ne vous a pas dit que la jalousie est un vilain défaut? Juste pour savoir, c’est à quel moment que je donne des leçons sur les privilèges des uns ou des autres? Grand bien vous fasse Phoebastria! Ca me va parfaitement bien d’être une pseudo prof. On m’a posé une question, j’y réponds. Si ça vous amuse d’être bête et méchant! Vous ne seriez pas prof en France par hasard!?
        Damned, chui aussi pseudo prof d’anglais…et avec un triple salaire suisse!!! Ihaaaaaa ça fait X6 par rapport a un prof français si je vous comprends bien… Je file m’acheter une villa, une Ferrari et une villa à Saint-Trop!
        Bye

        Aimé par 1 personne

      • Mais, Carine, c’est vous qui êtes bêtasse et méchante. Et en plus avec les mêmes idées de merde qu’on lit dans le Figaro. Je cite :
        « snif pauvre petite prof! Faites un autre métier alors, si vous n’en pouvez plus! »

        « Mais tout cela n’engage que moi, qui suis maman et enseignante, et qui en a RAS LE BOL d’entendre les enseignants pleurnicher!!! ». Notez bien les 3 points d’exclamation : cela dénote déjà le bas niveau…

        « Je suis triste pour tous ces enfants pour qui l’école française est une souffrance. Les enseignants français appliquent des méthodes pédagogiques totalement dépassées, ou même nuisibles pour les enfants. Ils s’usent à se battre « contre » les élèves (le camp ennemi!) qu’il faut mater, dresser, dompter. « . Il faut arrêter de regarder TF1 ; écoutez la radio suisse romande plutôt.

        Ces citations typiques de la beauferie moyenne de la presse Dassault ou Rothschild, c’est mon cerveau malade qui vient de les inventer ?

        Ah oui aussi… Les parents seraient exclus de l’école française… N’importe quoi. En France, ils ont même, juridiquement, le droit absolu d’imposer l’orientation scolaire à leurs enfants, ils signent le formulaire à la place des élèves. Or en Suisse, justement, ce n’est pas le cas. Avec mes lycéens, je travaille à importer cette idée.

        Aimé par 1 personne

    • bonjour Carine,
      Ce qui m’intéresse de savoir c’est comment sont les écoles en Suisse?
      Pourquoi ne pouvez-vous pas emmener vos enfants à l’école là-bas bien que vous y travailliez?

      J'aime

      • Bonsoir,

        Et bien justement, ça y est, enfin, ils y sont. Nouvelle langue, nouvelle école. Et pour l’instant ils sont HEUREUX! Pour répondre à votre question, je n’ai pu les placer en Suisse que maintenant, car habitant en France, je n’ai pas la possibilité de les mettre à l’école publique en Suisse. j’ai donc été obligée d’opter pour une école privée, ce qui ne m’enchante pas franchement et nous complique énormément la vie sur le plan de l’organisation et financier. Mais c’était ça ou continuer à vivre un enfer. Pour l’instant je peux dire que ça en valait vraiment la peine!
        Quand à la question comment sont les écoles en Suisse, c’est un vaste sujet. Disons que pour être honnête, je pense qu’on parle de deux univers…
        Tout est très différent.
        La relation prof / élève pour commencer: basée sur la confiance et le respect mutuel. On ne crie pas sur les élèves. On leur fait sentir qu’on est avec eux, là pour eux, pour les soutenir dans leur projet personnel, et pas pour les faire entrer dans une case, pas pour les formater.
        La manière de concevoir les cours est très différente. Les élèves écrivent peu (ils reçoivent des photocopies en général) par contre ils participent, posent des questions, réfléchissent, émettent des hypothèses, se trompent, rebondissent, changent de cap… bref ils sont très actifs en cours. On les pousse à remettre les choses en question, à réfléchir, et à trouver par eux-même des solutions. (Chaque individu à une manière qui lui est propre de construire son chemin vers la compréhension, de connecter les informations dans son cerveau. On ne peut donc pas fournir un modèle abouti qu’il n’aurait plus qu’à ingérer. Cela ne fonctionne pas. Les élèves doivent faire se cheminement, et cela prend du temps, temps qu’il faut leur laisser! L’erreur est valorisée, car elle fait partie du processus: l’élève part dans une direction, émet des hypothèses, et réalise à un certain point qu’il a fait fausse route. C’est à ce moment que se déroule la partie fondamentale de l’apprentissage: qu’est-ce que je fais? qu’elle stratégie vais-je adopter?)
        Les profs ensuite, sont formés pour ne pas se trouver sans ressources devant des enfants avec des troubles de l’apprentissage et / ou du comportement. Nous sommes formés pour pouvoir encadrer des enfants hyperactifs, précoces, ou souffrant de legasténie / dyslexie…
        L’infrastructure suit: psychologue scolaire, logopédie…
        Les enseignants doivent également se former sur les techniques de communication afin de gérer au mieux des situations difficiles avec les parents ou les enfants: il existe des manières très simples de désamorcer les conflits enseignants / élèves ou parents / élèves. Il existe d’ailleurs de nombreux ouvrages sur le sujet.
        J’ai également la sensation que les enseignants formés en Suisse sont plus au courant des nouveautés sur le plan pédagogique. Je suis choquée d’entendre des enseignants en France prétendre qu’ils ne peuvent pas adapter leur enseignement à chaque élève. C’est pourtant exactement ça enseigner!!! Aller chercher chaque élève là ou il se trouve et l’aider à exploiter ses capacités au maximum. Chaque enfant se trouve à un endroit différent dans son apprentissage, dans sa maturité… Il n’est donc pas envisageable de vouloir faire avancer toute une classe au même rythme, sur les mêmes sujets!
        A partir du moment ou on fait confiance aux élèves et qu’on leur rend la responsabilité de leur apprentissage, on perd beaucoup moins de temps à faire la police, à « mater les gamins » comme je l’ai entendu tant de fois. On peut utiliser son temps et son énergie pour accompagner chaque élève de manière individuelle. C’est tout à fait faisable, et même avec des classes de 60. C’est ce que nous mettons en pratique dans une école pilote à Bâle où j’enseigne depuis la rentrée (le 17 août). Nous fonctionnons par ateliers de 60. Il n’y a plus de classe d’âge, ni de niveau. Chaque enfant avance à son rythme. L’objectif est de rendre les élèves le plus autonome et responsable possible de leur apprentissage. Car ce qu’ils font de leur scolarité leur appartient! On ne peut pas forcer un élève à travailler, et encore moins à réfléchir. On ne peut que faire en sorte d’éveiller son intérêt, le motiver en s’intéressant à lui! Chaque prof est donc responsable de 12 élèves qu’il va « coacher », c’est à dire faire régulièrement le point avec l’élève sur son apprentissage (qu’est-ce qui est acquis, sur quoi et surtout comment progresser dans les domaines qui sont à améliorer, que se passe-t-il au niveau du comportement, sur quoi faut-il travailler, que va-t-on mettre en place pour atteindre les objectifs fixés, comment se sent-il, que peut-on faire pour améliorer les choses si besoin est…
        Bien évidemment, nous sommes plusieurs enseignants à être présents en même temps dans un atelier. L’enseignement en tandem est également une pratique courante. (Du coup, pour les enseignants qui n’ont pas envie que d’autres viennent fourrer leur nez dans leurs cours, et qui veulent être bien tranquilles en faisant le minimum syndical, c’est raté!)
        Si cela vous intéresse, vous pouvez aller sur le site internet de notre école, mais c’est en allemand: (Sekundarschule Sandgruben Basel). Je vais m’arrêter là, car je pourrais remplir des pages entière sur le sujet, mais je peux vous dire que c’est passionnant d’essayer une nouvelle méthode d’enseignement, et qu’il y a déjà d’autres écoles qui fonctionnent sur le même modèle en Suisse et que ça marche! C’est impressionnant de voir 60 gamins dans une sale, occupés à des tâches diverses, et il n’y a pas un bruit! Tout le monde chuchote et bosse!
        C’est génial!

        J'aime

      • Chère Phobastria
        Un grand merci pour avoir corrigé ma copie. Merci aussi pour la séance de psy, j’ai dors et déjà commencé une remise en question totale de ma personne! Vous m’avez évité de dépenser une fortune chez un psy! Remarque dans l’absolu je peux me le payer, puisque je gagne tellement plus d’argent que vous!
        Nous y voila, vous êtes donc prof. Je constate également que vous avez recours à la grossièreté! Donc mes idées c’est de la merde… la classe! Bon comme on dit CQFD… Grossière agressive et frustrée!
        Je vous laisse , j’ai tellement mieux à faire…

        J'aime

      • Elle se prend pour la comtesse de Ségur, maintenant… Les gros mots c’est pô bien… ça évite surtout de répondre sur le fond. Et de camoufler vos propos nullissimes, mièvres et éculés de lieux communs, du niveau Closer ou Femme Actuelle.
        Je maintiens, vos commentaires sont de la merde en boîte. Allez les étaler dans les forums de beaufs, ça ne manque pas.

        J'aime

      • En fait, la vraie raison pour laquelle Madame ne reviendra plus, c’est qu’elle a trouvé en face d’elle quelqu’un qui connaît la Suisse et donc peut contredire ses élucubrations.
        Quant à la grossièreté : elle n’aime pas la grossièreté de forme mais adore la grossièreté de fond qu’elle étale.

        J'aime

      • C’est qui est formidable, c’est que vous m’agressez, vous m’accusez de ne pas parler du fond alors que je ne fais que cela: je parle de pédagogie, de stratégies… et vous vous continuez à pérorer, à caqueter. Et vous, vous avez dit quoi sur le fond? A part agresser les gens, les insulter, vous faites quoi? Parlez-en donc vous du fond, puisque que vous êtes tellement plus intelligente que moi! Expliquez donc pourquoi toute les défaillances de l’éducation nationale française que je dénonce et dont mes enfants ont fait les frais ne sont que des élucubrations! Je serais bien curieuse de savoir comment vous gérez les enfants dyslexiques par exemple: expliquez nous quelles sont les mesures prévues par l’éducation française pour qu’ils ne soient pas pénalisés? Ou encore, que mettez-vous en place quand vous avez un enfant précoce dans votre classe et quels sont leurs particularités? Comment mettez-vous en place un système de différentiation dans vos cours, comment essayez-vous de gommer les inégalités sociales dans votre enseignement afin que le contexte social des apprenants ne les défavorise pas au niveau de la notation?
        Pour vous la pédagogie ce n’est que de la foutaise dites vous! C’est exactement ce que j’affirme: beaucoup trop de profs en France n’ont pas la moindre notion de pédagogie, c’est bien le problème.
        Vous ne faites que confirmer l’image déplorable que j’ai des enseignants français. Dès qu’on les confronte aux aberrations et lacunes de leur système éducatif, plutôt que de réagir en professionnels de l’éducation et de répondre par des arguments digne d’un spécialiste de l’enfance (ce qu’ils sont censés être) ils le prennent personnellement et deviennent agressifs. Exactement comme vous le faites. La raison est simple. Ceux qui réagissent ainsi sont des enseignants lamentablement défaillants. La preuve vous vous énervez, vous attaquez. Vous n’avez pas d’autre recours? Parlez donc du fond, je vous lirai avec intérêt! Pour ce qui est de vous défouler, trouvez vous un autre os à ronger.
        Vous prétendez connaitre la Suisse: vous dites que les parents n’ont pas la possibilité de donner leur avis quand à l’orientation et au redoublement de leurs enfants. Renseignez vous donc pauvre cloche! Les élèves ne redoublent pas jusqu’en secondaire, les parents n’ont donc pas besoin de s’opposer à un éventuel redoublement.
        Votre attitude est pathétique et effectivement je ne vous répondrai plus. J’ai perdu déjà bien assez de temps à essayer d’avoir une conversation constructive avec des dingues de votre espèce!
        Ce qui me ravis c’est qu’en vous lisant, les gens auront encore une bien belle image des enseignants, une fois de plus.

        J'aime

      • Déjà, je ne suis pas spécialiste de l’ « enfance » ni de la « pédagogie » ; mes élèves ont entre 16 et 20 ans, je doute qu’ils soient contents d’être appelé des « enfants ». Vous voyez tout par la lorgnette du primaire, des problèmes psys et machin… Non, tout cela n’est pas mon métier ! Et encore heureux… Je me fous que ma posture donne une mauvaise image aux bien-pensant des enseignants français.
        En revanche, les jeunes précoces, je leur donne des connaissances en avance sur leurs programmes et les oriente vers des MOOCs.

        Pour le reste, plus les spécialistes de ces pseudo-sciences prennent de place à l’EN, plus les élèves sortent du primaire avec des lacunes.

        Par ailleurs, j’ai énormément parlé du fond : orientation scolaire en Suisse, place des parents en Suisse, problème du statut des ados et jeunes en France. Mais je doute que cela vous intéresse, en fait. Votre seul truc, c’est de vomir sur les enseignants français (avec des foutaises sorties des commentaires de la presse tabloïde) et ensuite de vous étonner qu’on vous renvoie vos vomissures.

        J'aime

      • « La Commission Internationale des Droits de l’Enfant (ONU, 20 novembre 1989) définit l’enfant comme tout être humain âgé de moins de 18 ans ».
        Ce n’est pas de moi!
        Les MOOCs (CLOM en français), je ne vois pas très bien en quoi cela peut solutionner le problème des enfants précoces. Précoce ne veut pas dire qu’ils sont en mesure d’apprendre de manière autonome, et encore moins que se sont des élèves présentant nécessairement de bons résultats scolaires. Ce sont des enfants qui souffrent souvent (du moins ceux qui posent problème à l’école) d’un gros décalage entre leur maturité intellectuelle (très en avance) et leur maturité affective (en retard). C’est ce déséquilibre qui engendre un malêtre. Ce n’est pas en les envoyants apprendre en ligne pour se débarrasser du problème qu’on peut les aider.
        Mais je vois que vous répondez avec une rapidité surprenante! Vous n’êtes pas censée être en pré-rentrée hier et aujourd’hui? (Pour ma part, j’ai fini mon travail à 11h30 pour que se soit dit) Oui je sais, la Suisse, les salaires et blablaba…
        Voilà donc vous dans votre classe, dans votre carrière vous n’avez jamais eu à être pédagogue…

        On va laisser tomber si ça vous va. On ne parle pas de la même chose.
        Pour info, mes élèves ont entre 12 et 16 ans également. Dans mes classes, j’ai des enfants dyslexiques, autistes, précoces, ceux avec des capacités intellectuelles très réduite, et puis des élèves / jeunes adultes / ados appelez-les comme vous voulez qu’on peut qualifier d’élèves standard (même si ça n’existe pas, mais bref). Et toute cette joyeuse bande dans une seule et même classe (de 60 élèves, pour les profs français qui sont épouvantés par des classes de 30). Alors oui, de bonnes connaissances pédagogiques me sont nécessaires. Et pour couper court à vos sarcasmes: non je ne suis pas une super prof, non je ne suis pas l’exception. La plupart de mes collègues sont vraiment bons. Des enseignants que j’admire énormément, qui obtiennent des résultats qui me laissent rêveuse en terme de qualité de cours, d’atmosphère de travail, de relation avec les élèves. J’espère un jour arriver à ce résultat.
        Bref, j’attend donc votre prochaine vomissure, comme vous dites… Feriez mieux de préparer votre année scolaire non? Vous perdez vraiment votre temps avec moi.

        J'aime

      • Dans le secondaire, fort heureusement, il n’y a pas encore de pré-rentrées et de réunions débiles 3 ou 4 jours avant la rentrée… C’est vrai qu’ils y pensent.

        Pour le reste, travailler sur la pré-majorité des jeunes, c’est justement refuser une limite sèche à 18 ans. Cette définition juridique est profondément stupide. On n’est plus un gosse à 17 ans.

        Quant aux précoces, ils adorent mes cours ! Mais je ne vais pas, comme vous, en faire des pages.

        Je crois à la science et à la matière enseignée, j’ai de l’empathie pour les élèves, mais je n’accorde pas la moindre valeur pas à la pseudo-professionnalisation et aux pseudo-sciences de l’éducation. Si on veut faire des économies, il suffirait d’envoyer l’Armée fermer les facs de psycho et de « sciences » de l’éduc. Et au passage aussi l’ENA. L’Ecole et la France s’en porteraient mieux.

        J'aime

      • Ah et puis, je ne regarde pas Tf1 (j’ai pas la télé), je ne lis pas le Figaro (je préfère le Canard et Charlie) ni les tabloïdes, je ne sais pas ce que c’est Closer, Par contre vous avez l’air d’en connaitre un rayon dans le domaine.

        J'aime

      • Ah oui,aussi. En France, j’ai bien subi une « formation » (ou plutôt un formatage) pédagogiste. J’ai fait mine de me soumettre. J’ai même écrit un « mémoire professionnel » et des « notes de SSH ». Mais une fois l’année finie, tout est parti directement à la benne de papiers à recycler.
        Avec la « formation continue », j’ai plus tard alimenté le barbecue de mes élèves de terminale qui fêtaient le bac.
        Je ne garde que ce qui a une vraie valeur universitaire : mémoires de master, de DEA et thèse. Les fumisteries, en revanche, sont liquidés et nettoyées de mon cerveau.

        J'aime

      • Bon, allez, je me lâche… Je ne tiens plus. J’étais un élève « précoce ». Je me marre quand des sous-doués – sortis d’une stage d’une semaine organisé par des faux-intellectuels qui sont le rebut et la lie de l’université – viennent me donner des leçons en la matière.

        Aimé par 1 personne

    • Eh. Renseigne toi 5 min sur comment on gère les élèves avant de pleurer à leur place. Dis toi que si un gamin va pisser il n’est plus sous la surveillance de la maitresse. Mettons qu’il se blesse ? C’est qui qui perd son job parce que Enzo a pas été foutu de pisser à 10h ? C’est la méchante maitresse.

      Si tu crois qu’un enseignant en France est intouchable tu t’enfonces le doigt dans l’oeil et profondément. Le nombre de profs stagiaires qui se suicident en collège est affolant. Et on devrait sourire et dire « oui, on a de la chance on a des vacances ». On a zero formation ou presque (1 an de stage en semi-responsabilité, tout en redigeant un memoire et en bouclant un master, sinon c’est pas drole !). On nous balance dans les pires endroits pour débuter (sisi la REP où on te vandalise ta bagnole dès la rentrée (truestory)). On te demande des trucs completement acadabrantesques (fiches de prep à chaque séance anyone ?). T’as zéro préparation et information sur les « cas particulier » (et pour choper une AVS c’est qui qui doit refaire la bataille de Sparta face au RASED ? Ouiii). On te dit de faire de la pedagogie différentielle mais on te dit pas comment hein à toi de te taper tout Freinet, Piaget, Vygotski et autres Connac pour tenter un truc à la fois cool pour les gosses et faisable sans que tu y passes ta vie.

      Et rajoute à ça les commentaires dans le genre du tiens qui nous traite tous de sous merdes geignardes. Tu m’étonnes que les petits stagiaires en prennent plein la poire si tout le monde pense comme toi. Sur ce je te laisse dans ta bile et ta haine causée par UNE école sur les milliers que compte notre pays. Je vous laisse à vos jugements hatifs et étonnament étroits d’esprit pour une enseignante et je vais paisiblement retourner préparer un concours qui me jugera plus sur mes capacités à recracher des trucs par coeur que sur mes qualités de pédagogue.

      Mais c’est notre faute aussi, on devrait trop se rebeller tous et appliquer des méthodes désapprouvées par nos inspecteurs et… Perdre nos jobs 😉

      (Pour l’info ne vous fatiguez pas à repondre je ne lirais pas. Je tenais juste à vous présenter un petit echantillon de ce qu’on subit pour soit disant « maltraiter » les élèves. Renseignez vous sur nos conditions de travail et ce à quoi on doit se conformer avant de nous mettre tous dans une petite boite de haine et de ressenti. A bon entendeur.)

      J'aime

      • Que je vous comprenne…
        Vous expliquez donc que votre formation de vaut pas un clou (« on a zéro formation », « on me jugera sur ma capacité à recracher des trucs,…) et vous confirmez ne pas être en mesure de mettre en pratique une pédagogie différentiée… Merci donc de confirmer ce que je dis: vous mal formés, pas préparés à ce qui vous attend, ne disposez pas des outils pour faite face à la situations. Du coup vous vivez un enfer au quotidien (quitte à en arriver à des mesures extrêmes comme le suicide). Ce que vous oubliez de prendre en compte, c’est que ce sont les enfants (qui passent plus de temps à l’école qu’avec leurs parents) qui sont les vrais victimes de la situation que VOUS décrivez avec tant de réalisme. Et les dégâts sont colossaux!
        Toujours pour vous comprendre…
        Vous savez donc que votre formation est totalement inadaptée à ce qui vous attend et … mais que comptez-vous faire pour remédier à cela, pour ne pas massacrer encore plus de gamins qui n’ont pas demandés à être là? Et que comptez-vous faire pour que votre quotidien en tant qu’enseignant(e) ne se transforme pas en enfer?
        Le solutions existent, mais peut-être faut-il être disposé à se remettre en question et remettre fondamentalement en question la manière de faire, et se défaire de se qu’on vous rentre dans le crâne durant votre formation. Allez passer un année de stage dans un autre pays ou l’enseignement fonctionne mieux par exemple (Suède, Norvège, ou Suisse ;).
        En tous les cas, merci d’avoir confirmé mes dires!

        J'aime

      • Si les pros ete touchable en France sa se seraient et vous n’auriez pas autant d’avantage il y aurez du clair de fait niveau pedophile ,drogué ,incompétent ,cas social ,racaille,voleur corompu ,dépressif ,feneant etcs.._.._

        J'aime

  13. Vous êtes peut être une simple prof, une prof qui tous les jours doit se lever avec le sourire et être prête à aller enseigner à tous ces petits élèves de collège. Certes le métier de prof n’est pas le plus facile au monde, je l’admet mais vous le faite à la perfection. Si les autres profs vous disent que vous vous plaignez tous le temps c’est parce qu’ils ne prennent pas le temps de discuter avec vous et de parler avec vous. Mais moi élève, je ne vous vois pas comme ça, je vous vois comme une prof qui a tout le temps le sourire et qui même avec quelques semaine de retard nous rend des copies parfaitement corrigées, une prof avec qui nous avons fait de magnifique voyage de classe. Vous êtes la prof qui, le matin en me levant me donnez le courage d’aller en cours, vous êtes beaucoup plus qu’une prof vous êtes une personne en qui j’ai une confiance absolue et je sais que si j’ai un problème je peux venir vous parler simplement. Je vous remercie d’être qui vous êtes, de donner envie aux élèves d’apprendre et restez comme vous êtes ! 🙂 (dsl si il y a des fautes d’orthographes 🙂 )

    Aimé par 1 personne

  14. Chère Cécile (je vous prie d’excuser mon français): Voici une college espagnole que viens de vous lire. Merci bien, votres mots sont impensables à l’Espagne, où les profs sont de plus en plus méprisés par les familles, les élèves et surtout par la classe politique. Maintenant nous avons une noveau loie qui s’agit de précariser notre travail. Malgré tout, je fais mon travail avec plaisir. Je ne connaissais pas « La valse des maîtresses ». Merci beaucoup, votre article a été très réconfortante pour moi.
    Prennez bien soi de vous et bonne chance.

    J'aime

  15. Je suis bien d accord avec vous, le métier de prof n’est pas facile, je vois bien qu’à l’approche des vacances mes profs sont de plus en plus fatigués. Vous avez raison de protester contre ceux qui pensent que vous ne faîtes rien quand vous rentrez chez vous car c’est la que vous faîtes le plus gros de votre travail
    Courage c’est bientôt les vacances

    Aimé par 1 personne

  16. Je découvre cet article et il m’a bien fait sourire ! Cela fait apparemment beaucoup réagir les gens !! Je reconnais bien ce que les autres nous disent à propos de notre métier peu reconnu ! Merci pour le sourire dans cette journée grisaille d’automne ! 🙂 (ps: je mets en lien ton article sur mon blog !! :))

    J'aime

  17. Madame, Monsieur,

    À lecture de ce blog, je suis perplexe des arguments des uns et des autres.
    Étant chef d’entreprise, travaillant presque 80h/semaine, il m’est difficile d’envisager que votre job soit si complexe.
    En effet, votre tache n’est certes plus là même qu’il y a 20 ans (des élèves irrespectueux, un manque de considération au vu de votre statut de fonctionnaire, etc, etc…)
    Néanmoins, soyez sûr que vous n’êtes pas les plus mal lotis.
    Certes, votre job ne se limite pas qu’aux heures de cours, mais vos congés sont interminables, votre rémunération évolue fonction de votre ancienneté, où est le mérite là dedans?
    Je ne vous plaindrai que sur une chose, les programmes scolaires, car leur qualité laisse à désirer.
    Avec le recul, mes études ne m’ont servi strictement à rien, les diplômes ne sont qu’un passe-droit qui ne justifie en rien la productivité d’un individu.
    N’oublions pas qu’être fonctionnaire permet une protection sociale de qualité, donc une meilleure qualité de vie : santé , prévoyance et retraite sont un détail pour vous.
    Avant de se plaindre et évoquer le terme « burn-out », mieux vaut regarder ce qui se passe ailleurs…à bon entendeur.

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour,

      J’ai toujours un peu de mal à croire les « 80h00 par semaine » ; cela n’est possible qu’en vivant dans un monde virtuel… Ainsi, jamais vous ne pouvez prendre de rendez-vous pour réparer une panne et les plombiers ne se déplacent pas la nuit et le dimanche. Jamais vous n’avez de panne de voiture (douteux avec l’obsolescence programmée), vous ne faites jamais votre carte d’identité, vous n’avez pas d’enfants, jamais vous ne les emmenez à l’école, vos horaires explosent ceux des meilleures garderies, vous échappez à tous les contrôles de flics pour votre contrôle technique pour lequel il vous est impossible de dégager 2h00. Et j’en passe, quiconque connaît ce qui nous pourrit dans la vraie vie saura de quoi je parle.

      Sur le Figaro.fr, les « moi j’travaille 70h00 par semaine » sont ceux qui trouvent le temps d’écrire toute la semaine 30 commentaires injurieux contre les professeurs, les fonctionnaires, les « zassistés » et les chômeurs. Voilà pourquoi j’ai des doutes (enfin, j’ai des doutes vous concernant, sur le Figaro.fr je n’en ai plus aucun)..

      Pour le reste, les « congés interminables » ne le sont pas quand on utilise lesdits congés à lire, rechercher, publier, à se former en permanence, comme on doit le faire quand, par exemple, on envisage de devenir prof de prépa. Un livre, ça ne se lit pas pendant la pause toilette en 2minutes, cela peut prendre une semaine, et c’est indispensable, même si depuis Sarkozy (qui n’en a pas chez lui), l’inculture crasse est devenue un modèle de promotion sociale.

      Vos diplômes ne servent à rien ? Peut-être parce que vous n’avez pas étudié des matières utiles comme les sciences, les langues, l’ingénierie, l’agronomie… Un diplôme de médecine est indispensable dans ce domaine, un diplôme d’ingénieur est indispensable pour concevoir des systèmes et des procédés ; sans avoir fait de droit, on ne s’improvise pas avocat. Je vous concède qu’il existe toutefois un domaine où ça sert juste à décorer des pédants en soirée : la « communication » et le « management ». Or, en général, les commerciaux formatés qui tiennent ce genre de discours sur les diplômes en sortent tout droit. En achetant leur papier toilette 12.000 euro l’année.

      Signé : Un enseignant co-fondateur de PME et qui a cautionné sur ses biens propres un vrai entrepreneur.

      Aimé par 1 personne

      • Albatros,
        Si je prends le temps de lire, cet article, c’est justement que j’avais besoin de faire une pause, car le burn-out ,je le frôle chaque jour.
        Comme vous l’évoquez, mon temps est précieux, c’est pour cela que j’ai lu en diagonale votre écrit.
        Travailler 80h/semaine, s’adresse aux courageux.
        Quand on a investi dans une structure, il faut se battre pour pouvoir dégager une rémunération.
        J’ai la chance d’avoir une femme qui gère les aléas, car j’en conviens, je ne dispose pas du temps pour cela.
        « Signé : Un enseignant co-fondateur de PME », merci, vous m’aurez au moins fait rire.
        Parmi les fonctionnaires, je ne suis pas seul à n’accorder de crédit, qu’aux corps médical, pompiers et force de l’ordre. Vous êtes le cancer de la France. Les fonds publics ne seront pas toujours ce qu’ils sont, vivement la privatisation.
        Je préfère payer une école privée à mes gosses que mes impôts vous soient reversées (la qualité de l’enseignement n’en sera que meilleure).
        Comme vous l’avez si bien précisé, je me suis égaré quelques minutes à alimenter un débat stérile.
        Faites vous plaisir, si vous souhaitez me répondre, je n’y porterai pas attention.

        J'aime

      • Ça y est le discours de beauf sur la privatisation est sorti, de la grosse caricature de chez l’IFRAP et de chez L’Opinion de Beytout…
        Même pas d’égard pour les enseignants qui participent aussi au monde des entreprises (ça fait rire, mais nous sommes sommés de nous prosterner devant ses 80h00 à la con). Pour lui, le monde est divisé en 2 : le bien, privé, le mal, public (sauf les flics, bien sûr).

        Je pense que tout le monde a compris que vous êtes un troll et que votre vomi – lisible à des milliers d’exemplaires sur le net – n’intéressera personne. Sur le figaro.fr, vous trouverez vos semblables : même mentalités, mêmes mots appris par cœur, même prétention de se croire le moteur de la France. Le cancer, c’est vous.

        J'aime

      • Énervé de lire vos propos qui spam m’a boite mail, je vais quand même vous répondre.
        Le cancer s’est moi qui crée de l’emploi, là où la fonction publique en supprime (on se demande bien pourquoi d’ailleurs…)
        Un enseignant contribue aux entreprises, en quoi? par son enseignement?… on se demande alors pourquoi le marché de la formation professionnel est en expansion.
        (Certes, certaines spécialités ne peuvent être jugé de la sorte, la médecine est un bonne exemple, mais qui forme ces étudiants? des médecins ! )
        Je suis peu être moins cultivé que vous, mais du courage, j’en ai à revendre.
        Oui, je revendique faire parti des moteurs de la France.
        Il faut en avoir pour prendre autant de risques, perdre tous avantage sociaux, devoir manager des personnes qui comptent sur vous pour payer leur salaire chaque moi.
        Pourquoi m’assimiler à un partie politique? vous pensez que je suis de droite en me citant ces journaux? vous pensez que les chefs d’entreprises sont épaulés par les différents gouvernements de droite comme de gauche?

        J'aime

      • Pauvre Albatros…. Oui, certains travaillent plus de 12heures par jour, 7 jours par semaine. Pas uniquement les chefs d’entreprise. Va te promener devant les bureaux des grands avocats d’affaire a minuit, et compte les lumieres toujours alumees. Non, ce ne sont pas les femmes de menage.
        Mais garde ta petite vision, crois que l’argent est donne aux riches et que tu es un pauvre petit exploite, que les pauvres profs sont de malheureux esclaves. Pauvre albatros, a la triste petite vie.

        J'aime

      • Bien vu Albatros. Tu l’as grillé.
        Son premier message était assez consensuel et modéré… Mais dans le second, il a révélé son vrai fond, bien puant, bien conservateur-libéral.

        Du coup, il bave d’envie de venir répondre mais il ne peut pas sans se griller à nouveau, à cause de ses soi-disant 80h00.
        Un gros con pris à son propre piège.

        Aimé par 1 personne

      • Wallou, je ne sais pas si ma vie est triste mais vous venez couiner sur la vôtre qui semble, en effet, très épanouie…

        Je n’ai pas dit que j’ai contribué « par mon enseignement » au monde de l’entreprise.
        Non, je fus associé avant de devenir enseignant et j’ai cofondé une entreprise. Puis, une fois passée l’agrégation, j’ai cautionné mon associé pour 18.000 euros : les banksters qui ne prennent aucun risque adorent les fonctionnaires tout en crachant dessus…
        Voilà pourquoi je n’aime pas recevoir des leçons des faux-cadres en cravate tache-d’encre avec leur discours formaté.

        Oui, c’est bien votre discours qui oppose public-privé qui est le cancer de la France. La vraie opposition d’aujourd’hui, quiconque réfléchit à la mondialisation, c’est :
        – d’un côté les sédentaires qui vivent de leur travail (petits entrepreneurs, pompiers, soignants, pharmaciens, chauffeurs de taxis, cheminots, enseignants, routiers, ingénieurs, petits commerçants, agriculteurs, forestiers, électriciens, gaziers…)
        – De l’autre les nomades parasites et prédateurs mondialisés : financiers, banksters, faux-intellectuels à la BHL, spéculateurs, promoteurs du béton, CAC40, bureaucrates du public comme du privé, politicards, journalopes qui nous enfument depuis 30 ans…).

        Votre discours cherche juste à masquer cette nouvelle réalité vécue. Ça ne prend plus et vous le savez bien.

        Aimé par 1 personne

      • T’en cas perdre mon temps, autant le faire jusqu’au bout.
        Vous nous prêtez un discours formaté, remarquez que vous avez le même.
        Vous crachez sur le patronat, nous assimilant à de multi-nationales, or pour ma part, je ne dispose que d’une PME.
        Mes clients sont les fameux « sédentaires » que vous évoquez.
        Expliquez moi d’ailleurs en quoi un plombier, électricien est sédentaire.
        De plus, il semble que vous ayez une dent contre les banquiers, traders, etc… mais tous ce beau monde est salarié.
        Êtes vous syndicalistes pour avoir un discours aussi minable?
        Je ne vous envie pas, vous avez fait un choix de vie qui n’est pas le mien.
        Ce soir, vous vaquerez à vos occupations, alors que me concernant une fois avoir diné je continuerai à bosser jusqu’à tard dans la nuit.
        Chacun sa vie, mais ayant choisi cette orientation, ne prétendez pas à de meilleurs revenus, encore moins à la disparation de vos avantages sociaux, ou à votre confort de travail.
        Vous aspirez à de la considération, changer de job, oubliez votre sécurité d’emploi, vos heures de travail réduites et vous serez considérez !

        J'aime

      • Albatros,
        Vous incendiez les spéculateurs, mais agissez de la même façon.
        « Cautionner une entreprise », en d’autres termes investir sur une structure pour percevoir des dividendes inclut que vous spéculez.
        Les pompiers, électriciens, plombiers sont sédentaires?
        Dois-je vous faire un cours alors que vous vous prétendez enseignant?
        Définition sédentaire : Dont la profession n’exige pas de déplacements fréquents hors du lieu où elle s’exerce.
        C’est reparti, ce n’est plus le figaro, maintenant c’est TF1, vous assimilez mes propos à une idéologie politique et c’est moi qui est l’esprit étriqué?
        J’espère que vos élèves sont trop jeunes pour appréhender vos orientations politiques, car votre discours est particulièrement orienté.

        Parlons de considération, en quoi votre statut n’en mérite pas ?
        Depuis des années, nous entendons le même discours :

        – Stress
        – Rémunération insuffisante
        – Manque de moyen
        – Échec de vos élèves
        – Classe surchargée

        Or la qualité de l’enseignement Français est largement en dessous de bon nombre de pays européens alors que le budget alloué est supérieur.
        Néanmoins, aucune remise en question n’est faite, toujours la faute du gouvernement.
        Mais qui est sur le terrain et engendre ces résultats?

        Évidemment travailler 80h/ semaine, ça vous défrise.
        il suffit de bosser 7jours sur 7, et de travailler chez soi le soir.
        Rien d’exceptionnel, parlez-en à votre médecin généraliste pour n’évoquer que lui.

        Oui, on vous déconsidère, on ne vous regarde même plus de haut, on vous survole, car même s’il subsiste encore de bons professionnels dans votre métier, leur image est altérée par la majorité de la profession.

        J'aime

      • Ah bon, j’ai cautionné une PME mais je crache sur les PME… Vous n’avez rien compris au film.
        Et vous êtes totalement incapable d’imaginer d’autres rapports sociaux que ceux entretenus par le système : les « salariés » face aux « patrons » ; j’ai justement exprimé une autre idée. Mais pour un conformiste sans imagination, c’est absolument incompréhensible. Je me fous des syndicats qui sont des idiots utiles. Ce sont les idées de la dissidence française, ce n’est pas en regardant TF1 que vous aurez une vision du monde moins étriquée que la vôtre.
        Bien sûr que les plombiers sont des sédentaires qui vivent de leur métier et les traders des parasites nomades.
        Sinon, je ne vois pas en quoi mon statut interdit d’avoir de la « considération ». C’est quoi cette logique de casserole percée ?

        J'aime

      • Déjà, je ne suis pas prof d’économie mais de sciences. Mais dans votre premier message, où vous avouez que votre diplôme n’est que du vent, on avait compris que vous n’aviez rien étudié de solide.

        Je me fous de la définition économique de « sédentaire », vous n’avez aucun sens critique et sortez une définition sorti du cerveau d’un économiste sans savoir qu’il existe un sens courant, celui des gens qui vont au bistrot et ont encore du bon sens. Un scientifique, ça raisonne droit et non tordu, donc c’est plus proche du café du commerce que d’un bobo sorti d’une école à fric de Paris. Un sédentaire, donc, c’est quelqu’un qui vit dans son pays et qui est attaché à sa terre, qui n’est pas « môôôbileu » comme disent les crétins de « managers », qui a une maison, qui refuse de se délocaliser en Roumanie ou au Maroc. Je l’emploi le mot au sens géographique.

        Le reste, vos considérations sur l’école française, c’est de la soupe lue dans tous les journaux genre l’ImMonde, le N’obs et Libération (c’est pareil que le Figaro).

        Petite remarque : j’enseigne les sciences à un niveau supérieur et vous nme répondez sur le PISA, tests bidons concernant le primaire, et dont je me fous…

        J'aime

      • Sinon, pour l’entreprise, je n’ai pas reçu un rond en 10 ans. Je ne vis que de mon enseignement. Un cautionnement, ce n’est pas un investissement, il va falloir retourner dans votre école de commerce à la mords-moi le nœud.

        La notion de gratuité, de solidarité envers un ami entrepreneur (mais qui n’a pas votre mentalité où tout est intéressé), ça vous défrise. Mais c’est aussi ce qui vous vaincra.

        J'aime

      • Si cela vous fait plaisir, en attendant nos revenus respectifs sont à la hauteur de nos compétences et de notre productivité. A bon entendeur!

        J'aime

      • La parfaite réponse de beauf qui étale son fric en guise de supériorité.

        Quelle est l’utilité sociale et la rentabilité en richesses réelles d’un trader qui fait joujou avec la sueur des autres toute la journée ?

        Quelle est l’utilité et la rentabilité du guignol qui a refait pour 60.000 euros le logo de la SNCF, en y mettant un peu de rose-bonbon et de bleu sac-poubelle ? Comparé à ce bouffon d’agence de pub., mon fils, en CP, aurait plusieurs millions pour chacun de ses dessins.

        Et parlons aussi de la merde d’art contemporain étalé par la fondation Louis Vuitton ou du connard qui a mis un crucifix dans son pipi et a vendu ça 1 million en appelant ça de l’ « art ». Ces porcs bourrés de fric sont de purs parasites, inutiles, des escrocs, des imposteurs, n’ayant rien produit de leur vie.

        Si c’était moi, je t’enverrais tout ce beau monde mettre à profit son immense « talent » pour repeindre bénévolement, dans la joie et la bonne humeur, la porte des latrines du GOuLag.

        J'aime

      • Arrêtons d’être courtois,

        Issu d’une famille ouvrière, je sais ce qu’est la valeur du travail.
        Quand je vois que mes grands parents se sont cassé le dos pour percevoir une retraite des plus minables, là ou votre corps de métier n’est pas usé par la fatigue et perçoit une pension des plus confortable, cela me fou en l’air.

        Oui, je gagne plus que vous et cela grâce à vos confrères.

        Je n’avais qu’une idée en tête quand j’étais étudiant, pouvoir regarder de haut vos abrutis de collègue qui comme vous se prenaient pour des sachants et gagner en un mois ce qu’ils gagnaient en un an.

        Oui, des profils comme le mien vous énerve, on dispose d’un relationnel que vous n’aurez jamais, tout est plus rapide, on paie moins cher la plupart des prestations.
        Et surtout, les parasites de votre genre, on les écrases (et tout cela légalement).

        Les fonds publics ne seront pas toujours ce qu’ils sont, il faudra un jour faire le ménage.

        Albatros, le beauf, il t’emmerde et suis ouvert à te rencontrer pour faire le ménage avant l’heure.

        J'aime

      • Ouh, un poux jaloux qui a dû rater ses études et croit saisir sa revanche.

        T’inquiète pour le ménage, tu seras crevé d’un infarctus bientôt, avec ta vie de cadre à la con stressé, plein d’aigreur. Ton relationnel (les bobos de Paris, les snobs en cravate et tous les convives du Dîner de cons du Siècle) ainsi que ton fric, tu ne les emmènera pas.

        Tu assainira les finances publiques en ne nous coûtant rien en retraite. Tu paieras la mienne, jouissance.

        Le type même du personnage des vaudevilles de Tchekhov, qui délaissent leur femme pour leur carrière. Femme qui, nuitamment, s’offrait quelques ébats avec le vagabond du secteur, le cocu ne voyait rien.

        J'aime

      • En plus d’être un pauvre con, tu te crois devin et présage de ma santé.
        Tu es très fort dis donc …
        Je n’ai pas spécialement raté mes études, je détestais les personnes exerçant ta fonction.
        Un élève a volonté d’apprendre un métier et non de la théorie inutile (y compris les ingénieurs qui sont évalués sur leur parcours et certainement pas leurs pauvres diplômes).
        Je ne paierai pas ta retraite, ma résidence fiscale ne sera plus en France d’ici là, je préfère laisser pourrir le système et faire subir ceux qui en sont l’auteur.
        Tu cites encore tes minables ouvrages me faisant valoir que ma femme me trompe au vu du temps de travail exercé.
        L’infidélité se résume à cela selon toi? Peu être que la tienne ira voir ailleurs préférant un homme qui en a, a un guignol dont la seule arme est sa culture.
        En parlant d’en avoir, tu ne m’as pas répondu, échangeons nos coordonnées et voyons de nous deux qui a le dernier mot.

        J'aime

      • Au passage, toujours devin, tu évoques des diners de bobo et le fait que je suis Parisien, il faudra m’expliquer, car je ne fréquente certainement pas ce genre d’événements et je suis encore moins Parisien.
        Le seul point sur lequel ont se rejoindra, c’est que je les apprécie autant que toi.

        J'aime

      • Tchekhov un « minable ouvrage »… pauvre ignare aviné qui fait pitié.
        Quant au fric, seule mesure de la productivité : j’aurais dû ajouter que si tes grands parents ont si peu, c’est de leur faute, ils n’ont pas assez travaillé. C’est ta logique de tache que je te renvois, non ?

        J'aime

      • Le système n’était pas le même en ce temps.
        Et tu le sais aussi bien que moi, à l’époque il fallait être aisé pour prétendre à ces diplômes (qui je le répète ne sont que des passes droits).
        Tu n’es qu’une sale petite merde!
        Je réitère ma proposition, rencontrons nous!
        Échangeons nos coordonnées, soit un homme et arrête de te cacher derrière ta misérable culture.

        J'aime

      • Terminons en là, comme Monsieur n’a rien dans le froc.
        Ne sois pas surpris que ton gamin se foute de toi quand il vieillira et que ta femme privilégie un homme à une pédale.
        A noter que je n’ai pas rencontré que des abrutis dans l’enseignement, il y a en un, dont je me souviens plus particulièrement qui enseignait avec passion, du concret, et pouvait prétendre être un homme, on le respectait.
        Je vois que pour être un de tes élèves, il ne faut pas être une « racaille » comme tu dis, c’est vrai, qu’un guignol de ta trempe aurait du mal à cadrer ce type de profil.
        Mais continu, ça permettra à des gens comme moi de détester ta fonction et de devenir bien plus qu’un minable prof.
        Par ailleurs, Monsieur le sachant, utilise un VPN à l’avenir.

        J'aime

      • Sinon, je te rappelle (je le dis depuis le début) que j’ai travaillé avec et soutiens un entrepreneur qui lui est en France, pas dans chez les Rosbeefs. Mais tu es trop con pour l’avoir vu, ça en diot sur ton intelligence de reptile.
        Tu n’as même pas vu que je fais parti d’un groupe de personne qui ont une grosse expérience de l’entreprise mais sans ta grosse mentalité de tocard thatchérien de merde. Je crois que c’est ça qui te fait enrager.
        En Bretagne, les entrepreneurs respectent leurs anciens profs et les revoient régulièrement, versent la taxe d’apprentissage à leurs anciennes universiité, c’est tout ce qui les distingues des gros beaufs parisianistes dont tu as tous les traits les plus hideux.

        J'aime

      • Hé alors, cela fait de toi un entrepreneur?
        Va dire ça à un chef d’entreprise Français, il te rira au nez.

        Je vois que je ne me trompais pas, tu es une belle tarlouse derrière son écran qui n’a pour seule arme sa misérable science.

        Mon grand père comme tu le cites t’aurait foutu la raclé de ta vie, tu peu nous faire croire que tu fréquentes des bistros, j’ai nul doute sur le ressenti de tes interlocuteurs.

        Une énième fois, échangeons nos coordonnées.

        J'aime

      • Ben non, justement, on ne donne pas son adresse à une racaille en col blanc qui fait des menaces similaires aux racailles du 9-3.
        Racailles d’en haut, racailles d’en bas, même combat. Toi, tu es les deux. Tu as des grosses couilles, un gros porte-monnaie de commercial de mon cul mais une toute petite cervelle.

        J'aime

      • Terminons en là, comme Monsieur n’a rien dans le froc.
        Ne sois pas surpris que ton gamin se foute de toi quand il vieillira et que ta femme privilégie un homme à une pédale.
        A noter que je n’ai pas rencontré que des abrutis dans l’enseignement, il y a en un, dont je me souviens plus particulièrement qui enseignait avec passion, du concret, et pouvait prétendre être un homme, on le respectait.
        Je vois que pour être un de tes élèves, il ne faut pas être une « racaille » comme tu dis, c’est vrai, qu’un guignol de ta trempe aurait du mal à cadrer ce type de profil.
        Mais continu, ça permettra à des gens comme moi de détester ta fonction et de devenir bien plus qu’un minable prof.
        Par ailleurs, Monsieur le sachant, utilise un VPN à l’avenir.

        J'aime

      • On a affaire non seulement à un gros beauf ignare crasseux mais en plus il ressemble aux supporters de foot qui veulent en découdre avec une batte.

        Je ne ma bats pas avec un sous-babouin qui se croit viril avec ses poils, j’ai beaucoup mieux à faire.

        Ce qui compte, c’est ma relation avec les élèves qui écrase en un instant les crachats d’un blaireau à fric. Quant au bistrot, ils sont beaucoup plus fins que toi. Tu es vraiment la fange de la vulgarité, de la bassesse et, on vient de le voir, de la violence avinée.

        Si vraiment tu es dans le monde de l’entreprise, tu n’iras pas loin. A un certain niveau, on se fout de la gueule des gens comme toi. On les invite à des véneries pour ramasser leur cotisation tout en ricanant, ils n’en voient rien.

        J'aime

      • Qui a parlé de violence?
        Je m’intéresse à ta situation, c’est à ce titre que je te proposais d’échanger nos coordonnées…
        Quand j’évoque que mon grand père t’aurait foutu une raclée, c’est certainement qu’entendre un discours aussi lamentable d’un petit fils à papa qui a eu tout le confort pour étudier et valoriser son petit poste de merde l’aurait mis or de lui.

        Tu n’as que les réponses, à ta propagande d’anti-capitaliste.
        Reste dans ton cocon, lis tes livres, n’interfèrent pas avec les indépendants, c’est de vous dont on se moque, on vous utilise simplement lorsqu’on a besoin de main d’œuvre que l’on devra de toute façon former correctement.
        Par ailleurs, je pense que tu as de l’avenir dans la voyance, tu es capable de présager ma santé, mon avenir professionnel, ma relation avec ma femme.
        Et ça se prétend scientifique?

        De nous deux, qui a le plus gros égaux, l’un comme l’autre on s’attaque sans fin.
        Si je suis la « fange de la vulgarité, de la bassesse et, on vient de le voir, de la violence avinée », mais alors qui es tu?
        Tu n’as pas du te remettre en question depuis bien longtemps….

        Mais merci quand même d’avoir été mon défouloir entre deux dossier…

        J'aime

      • Mais je m’en fous de ton avis et de ton défouloir.
        Je fréquente les indépendants, je viens des indépendants par ma famille. Je suis dans le réseau de mes anciens élèves devenus entrepreneurs. Ils me placent dans les enseignants ouverts sur leur monde.
        Je peux dire qu’ils n’ont pas ta mentalité de gros troll.
        Tu es vraiment tombé sur le mauvais numéro pour tes crachats entre deux dossiers de petit bureaucrate du privé.

        J'aime

      • LOL. Oui mais moi, j’ai le temps, je suis une grosse fainéasse qui ne fait pas 80h00 par semaine… Par contre, toi, je ne sais pas où tu trouves le temps de répondre.
        Un truc bien typique des trolls faux-entrepreneurs sur Internet : cette haine des profs accusé d’être leurs problèmes… Sauf que les vrais entrepreneurs, eux, ils n’ont pas de problèmes avec les profs mais avec les petits teigneux du RSI. Tu n »en as jamais parlé, bien évidemment. Et le racket du RSI, ce n’est pas de l’argent qui sert à payer les profs. Et en plus, tu aimes la flicaille qui emmerde les gens au bord des routes.
        Le truc des néolibéraux qui trollent, c’est qu’ils détestent les fonctionnaires utiles mais aiment et épargnent ceux qui sont inutiles. C’est à cela qu’on les reconnaît.

        J'aime

      • Haha, ça t’énerve que je puisse gérer mon temps comme je l’entende.
        Je suis indépendant, c’est l’avantage de ma fonction.
        Tu évoques le RSI, notre organisme de protection sociale.
        J’en conviens, c’est devenu compliqué de dialoguer avec eux depuis la fusion de toutes les caisses (AVA, CANCAVA, CARPINKO, CIPAV, etc…)
        Même si peu d’indépendants sont pour le régime de répartition, on sait au moins que nos cotisations ne sont destinées qu’aux chefs d’entreprises.
        Si tu es si au courant, tu seras par ailleurs que les prestations versées sont minimes comparé aux salariés.
        J’ai cité parmi les fonctionnaires utiles le corps médical, les pompiers et force de l’ordre.
        Apparemment, tu n’aimes pas les flics, ce qui peut se comprendre, Monsieur réside en Bretagne (très belle région au demeurant), c’est vrai qu’en Bretagne vous n’avez pas les mêmes problématiques que d’autres régions, le racisme est bien connu pour faire loi, et vos cités ne sont que des logements sociaux peuplés par des populations bien différentes de celles qui vivent par ailleurs.
        Si tu adoptais le discours que tu as à l’écrit dans une autre région, je ne donnerai pas cher de ta peau et celle de ta famille.
        Tu qualifies certain profil de « racaille », ils t’énervent, car tu ne serais faire face contre eux, évidemment ta pauvre culture ne serait pas suffisante, rien ne t’empêche comme tu as le temps de combattre ton complexe d’infériorité via des sports de combat, mais je soupçonne que pédale que tu es, tu aurais peur de revenir avec des hématomes.
        A lecture de ce que tu évoques, on comprend vite que tu es un gosse de riche, surprotégé qui n’a jamais été confronté à la misère.
        Je suis certain que d’autres profs qui cadrent ce genre de profils chaque jour seraient heureux de te lire.
        Sort de ton cocon, tu n’as que pour recul tes misérables journaux.
        J’espère que le jour où tu seras sujet à aléas, les fonctionnaires que tu qualifies d’inutiles laisseront l’anarchie régner.

        J'aime

      • Bref on est tous deux bien stupide.
        On se chamaille comme deux gosses dans leur cours de récré.
        Certes, je ne bosse pas 80h chaque semaine, mais cela m’arrive fréquemment.
        On a l’un comme l’autre un égaux surdimensionné.
        Je n’ai que 28 ans et même si j’ai un joli parcours, qui suis-je pour te juger…
        Je n’ai pas d’enfants pour l’instant et espère que lorsque j’en aurai, je serai plus subtil que je l’ai été lors de cet échange stérile.
        Comme il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis.
        Mea culpa.

        J'aime

      • C’est d’autant plus sage de votre part que vous êtes plus jeune que moi.
        Bon courage et réussite dans vote entreprise.

        J'aime

      • Ouf, c’est sa femme qui s’occupe des « aléas »… Allez voir maman, papa « travaille »… S’il a des gamins : ils doivent être contents de ne jamais voir leur père et d’être réduits à des aléas… Donc, un type qui bosse autant, j’espère juste qu’il est célibataire à moins qu’il arrive à caler quelques rdv avec ses proches entre quelques rdv travail.
        Et puis, euh… il a choisi de bosser 80 heures par « jour » :)) nan ? ben alors, de quoi se plaint-il ?

        Signé : une conseillère principale d’éducation en collège qui elle non plus ne fout rien… et oui, mince, moi je n’en suis qu’à 40 heures en moyenne par semaine dont à peu près 38 h de face à face avec des gamins, des profs, des parents … sans compter le soir des CA, des conseils de classe, des réunions de préparations de projets éducatifs, etc.

        Les références WordPress.com / Gravatar.com sont exploitables.

        J'aime

    • Quel discours stérile. Le libéralisme proche de l’aspiration des Hommes ? Non.. proche de leur nature vile peut-être plus. Regardez comme vous devenez un être infect au fil des commentaires. Sachez Monsieur, que l’utilité ne se mesure pas en nombre d’esclaves auxquels vous permettez de se loger, de se nourrir et de continuer leur vie consumériste.

      Albatros, votre discours était nécessaire pour que se révèle ce pseudo-libéral qui confond liberté et méritocratie. L’article avait pour but de démontrer qu’être professeur n’est pas si facile que le mythe d’aujourd’hui le veut, et aucunement de dire que ce métier est le plus difficile du monde. Dernière chose ; le nombre d’heure ne vous rend pas plus noble que le plus humble de vos employés.

      Sur ce je m’en vais jouir du temps libre, pendant que vous amassez votre richesse sans temps pour le transformer en joie.

      J'aime

  18. Le week-end dernier, mon beau-frère ne comprenait pas que je ne puisse pas me prélasser devant la télé le soir. Quand je lui dis que j’ai du boulot de préparation et de correction, il écarquille les yeux et rit d’un air bêta  » ben heureusement pour toi que t’es pas prof à la fac, tu dormirais même plus !  » . Sérieusement, je n’en peux plus des réflexions à la con. Je n’en peux plus des parents qui montent au créneau car j’ose leur demander les raisons de retards répétés. Je n’en peux plus de n’avoir aucune reconnaissance de mes supérieurs. Je n’en peux plus de voir mon salaire stagner pendant des années alors que les classes ferment et que je suis passée d’un ce2 à un triple niveau. Je n’en peux plus de devoir dire toujours « plus tard » à mes enfants car je ramène encore et toujours du travail à la maison le soir. Je n’en peux plus de lire des remarques insidieuses sur la réforme du type  » c’était pour le bien des enseignants et non des enfants  » . De qui se moque-t-on ????????? Cette réforme nous a été imposée été non proposée. Je préférais largement mon mercredi libéré à des après-midis raccourcis. Au risque de décevoir certains et certaines, je ne passais pas mon mercredi à faire une bonne grasse matinée, puis à me faire un petit ciné l’apm. Et non…..mon mercredi m’était nécessaire pour préparer mes deux journées suivantes. Les deux premières étaient préparées le week-end. Maintenant, je travaille et corrige tous les soirs. Il est fréquent que je reste plus tard à l’école pour faire mon travail de correction afin de ne pas emmener mes piles de cahiers à la maison. Je ne rentre pas avant 18 heures comme n’importe quel autre parent qui travaille. Et ça , c’est sans parler des 108 heures de réunions, conseils et soutien que nous faisons en plus.
    Ok. J’ai la sécurité de l’emploi. J’ai des vacances. Mais mes semaines font facilement 50 heures. J’ai bac+5 et au bout de douze années de travail, mon salaire atteint péniblement les 1800 euros.
    J’en ai plus qu’assez des remarques sarcastiques qui pourrissent mon quotidien et m’ôte chaque jour un peu plus l’envie de m’investir comme je le fais, avec envie et amour de mon métier.

    Je m’égare….
    J’étais venue ici pour féliciter Cécile de son papier si percutant et réaliste tout en lui souhaitant de profiter à fond de ses vacances plus que méritées !!!!!

    Stéphanie

    J'aime

  19. Pingback: "Je suis prof, et (je) ça vous emme...

  20. Pingback: Soy maestra y a vosotros os jode | Jon Kepa

  21. Bon…
    Je suis une heureuse et passionnée professeur d’Histoire en collège. Laissons de côté les crétins prétentieux qui se permettent sur ce forum de mépriser les profs qui malgré 20 ans de métier sont toujours débordés de travail: c’est mon cas, merde je dois vraiment être nulle. Mais pourquoi alors m’a-t-on décerné les Palmes académiques ? Une erreur de casting sans doute. Et bien des profs les mériteraient.
    C’est vrai, notre métier n’est pas pire que d’autres. Mais il est génialissime!!! Jamais répétitif! Ce qui est difficile c’est que nous gérons de jeunes êtres en devenir et le fruit de notre travail n’est pas forcément immédiatement quantifiable. J’aime à dire que nous semons des graines qui germeront tôt ou tard. Je n’attends aucune reconnaissance de personne: le retour de mes élèves me suffit amplement! Quant aux adultes, quels qu’ils soient, c’est souvent trop tard… Ils sont là soit pour régler leurs comptes avec l’institution soit imprégnés de clichés difficilement effaçables. Donc… J’ai toujours beaucoup de bonheur à faire ce métier et ne me plains pas. Mais j’avoue que la plus grande partie de mes amis sont profs… Car trop souvent la désagréable sensation de parler à des murs d’incompréhension qui hochent la tête avec un petit sourire bienveillant du style cause toujours, espèce de planquée de fonctionnaire qui est payé à être en vacances…. Mais pas que… Bien des parents sont tout à fait conscients du travail fourni par les enseignants. Donc ne nous focalisons pas sur les autres: adoptons la positive attitude!
    Néanmoins chapeau bas mademoiselle pour ce texte si plein d’humour. Rions de la bêtise et…. bienvenue à tous dans le monde de l’Education nationale qui a tant de mal à recruter: le concours est ouvert à tous ceux qui ont un bac +5. Sécurité de l’emploi, vacances sans fin… Je n’ai jamais fait grève mais je lance une suggestion: pourquoi pas une grève pour que l’on soit mieux payé pendant nos vacances? On pourrait davantage consommer, partir en vacances et ainsi relancer l’économie??? :)))
    Allez courage!

    J'aime

    • Les palmes académiques sont décernées au mérite, c’est bien connu !!!
      Un truc de fayot prétentieux plutôt, vous en êtes d’ailleurs la preuve, merci !
      Dire que vous vous en servez comme argument pour justifier que vous êtes une bonne prof… Minable… Il n’y a bien que vous pour croire que cela récompense le sérieux.
      Et en digne feignasse, vous proposez qu’on soit payé plus pendant nos vacances… On croirait à une plaisanterie… Ça fait pitié d’avoir des collègues comme ça… (Sans parler que vous êtes donc prof d’histoire, que vous êtes donc être censée mieux que moi comprendre la situation économique dans laquelle se trouve notre pays, et que vous allez alors m’expliquer comment il va être possible aujourd’hui de payer davantage des gens pour qu’ils restent en vacances…)

      J'aime

      • Alh la la quel humour!!! J’adooore! Allez détends-toi un peu tu verras ça fait du bien. Mais oui je suis une fayote et une feignasse, je n’ai aucune connaissance de quoi que ce soit et j’enseigne cela à mes élèves: ce sont des valeurs fondamentales il me semble..
        Tu as des comptes à régler apparemment… L’avantage c’est que ton mot m’a fait sourire et une journée qui commence avec un sourire est une belle journée! Allez je table sur ton intelligence et le prend au 3°, 4° ou 5° degré…

        J'aime

    • Bonjour,
      J’espère pouvoir vous avouer sans m’attirer la foudre des contributeurs que cela m’a également un peu interpellé de lire « on m’a décerné les Palmes académiques » juste après « les crétins prétentieux ».
      Pour le reste, merci d’aimer votre métier !
      Cordialement.

      J'aime

      • Et pour tout dire: oui c’était prétentieux de ma part je le reconnais bien volontiers. Je l’ai longtemps tu mais combien se plaignent de ne pas avoir de reconnaissance du métier? Et je dirai même que je le mérite moins que d’autres enseignants qui se défoncent chaque jour dans leur métier…
        Sans doute un peu provoc de ma part. mea culpa! Mais de là à en avoir honte…
        Et oui j’exerce le plus beau métier du monde à mes yeux. Tant pis pour les aigris!
        Bonne journée à tous!

        J'aime

    • Oui merci de parler du plaisir que vous avez avec les élèves. Tout comme votre boulot d’enseignante, mon boulot de CPE est fantastique et c’est avec plaisir que je me rends chaque jour dans mon collège même si j’en repars épuisée en fin de journée. C’est émouvant tous ces élèves que nous croisons, tous ces futurs adultes en devenir. Oui, il y a des parents qui apprécient notre travail, qui nous soutiennent dans notre tâche, je les salue en passant.

      J'aime

  22. il fallait une relou, et bien c’est moi. Oui le boulot de prof est hyper important et la reconnaissance n’est plus, paix à son âme. Ce qui embête les parents c’est la non communication : pourquoi le ras le bol des profs (sans être dans la revendication syndicaliste – simplement expliqueé) pourquoi ce corps de métier ne peut pas évoluer (si oui, dites nous comment). Pourquoi c’est l’horreur de commencer le 31 aout et pas le 1er septembre (et ce n’est qu’un exemple)… Ce qui nuit à cette corporation c’est son immobilisme, c’est le fait que le ressenti ( je ne dis pas que c’est vrai, mais il y a toujours une différence entre le message envoyé et le message perçu) des gens c’est que cette corporation ne prend pas de décision pour le bien des enfants mais pour le sien propre( ex: la toute dernière réforme).
    Alors oui tout le monde ne touche pas bcp d’argent dans cette profession ; dans les autres non plus d’ailleurs. Mais les autres n’ont pas d’avantages pour avoir des crédit plus facilement ( et oui la fonction publique ça a des avantages cachés) , on peut leur supprimer des jours fériés sans qu’ils nepuissent rien y faire, ils n’ont pas de revalorisation automatique, tout se fait au mieux au mérite au pire au bon vouloir du patron; n’ont pas de syndicats pour les défendre ; se prennent toutes les grèves dans la tête les unes après les autres (sncf, ratp, routier, taxi, crèche…) sans pouvoir rien y faire et sans y etre pour rien. Eux n’auront leur retraite qu’à 65 ans calculée sur les 20 dernières années et non les 5 meilleures. Alors oui ça n’a rien a voir avec le prof qui fait son boulot avec coeur. Mais au lieu de toutjours s’opposer les uns aux autres et de penser que tous les parents vous jugent mal. Parlez leur. Le respect est du, certes. Mais avant tout il se mérite.

    J'aime

    • J’ai eu honte d’être prof quand j’ai entendu les syndicats monter au créneau contre la rentrée un 31/08 …

      Pour ce qui est de l’immobilisme, je suis aussi assez d’accord … j’ai l’impression que ça vient du fait que les profs sont souvent d’anciens bons élèves. Ils ont grandi dans un système dans lequel ils se sont bien épanouis et défendent donc ce système et pensent (certainement à tort) que chaque enfant pourra s’épanouir dans ce vieux système puisque pour eux ça a marché.
      Donc oui, immobilisme !

      Mais d’un autre côté, la plupart des réformes qui nous sont présentées par les gouvernements successifs ont davantage pour objectif de faire des économies que de mettre en place des situations et des moyens d’épanouissement pour les élèves (à mon humble avis).

      Et puis, les profs aussi souffrent des grèves des crèches, de la SNCF, du métro, de la Poste sans pouvoir rien y faire non plus. L’esprit corporatiste s’arrête rapidement … j’ai pas l’impression qu’un prof se sente plus proche d’un chemineau que d’un employé de bureau.

      Alors, oui, il y a des avantages (cachés ?) à être prof mais il existe 2 ou 3 petits inconvénients (notamment financiers puisqu’on en parle) : le fait d’être payé à peine plus que le SMIC dans ses premières années de carrière alors qu’il a BAC+5 est assez parlant je trouve même si j’ai conscience du fait que d’autres métiers fonctionnent un peu pareil.

      Le grand vainqueur dans tout ça est quand même le gouvernement (quel qu’il soit) qui réussit à opposer secteur privé et public tout en rognant dans les avantages de l’un puis de l’autre en regardant les gens s’étriper verbalement autour d’inégalités. Pourquoi est ce que les journalistes partent interroger le quidam dans la gare le jour de grève au lieu de questionner un économiste sans étiquette politique expliquant les enjeux des nouvelles réformes et les craintes qu’elles soulèvent … Il vaut mieux jouer sur les émotions : c’est plus vendeur !

      C’est pourquoi, en règle générale je m’efforce de ne pas rentrer dans ce jeu et de rester courtois, tout comme vous Duduche ; ce qui m’a donné envie de vous répondre.

      J'aime

  23. Allez, courage !!!
    C’est dur, c’est intense, c’est fatigant, on est incompris, pas toujours respectés, souvent peu disponibles pour notre propre famille, mais il y a des moments magiques parfois et des petites phrases de nos élèves qui nous tiennent…
    Profite bien de tes vacances pour recharger les batteries !!!

    J'aime

  24. On n’aime pas un métier pour ses qualités mais parce qu’on supporte ses défauts. Je n’aurais jamais pu rester assis dans un bureau avec un patron sur le dos toute la journée. Ou rouler toute la semaine dans un taxi ou un camion … Ou un tracteur … Ou un avion … Je n’aurais jamais pu rester debout toute la journée devant une chaîne de production à mettre des téléphones dans des boîtes, ou des chaussures dans des boîtes … Ou des boîtes dans des boîtes.
    Je commence donc par dire à la personne qui me dit que j’ai une vie facile les raisons pour lesquelles je ne voudrais pas faire son métier … Généralement, la personne se calme et convient qu’il y a de nombreux aspects de ma profession qu’elle ne supporterait pas.

    J'aime

    • Et puis, les garagistes sont tous des menteurs, les chirurgiens des alcooliques, les facteurs des fainéants, les sportifs des idiots, les agriculteurs des crétins, les informaticiens des binoclards, les coiffeurs des PD, les commerçants des voleurs … Les profs sont des planqués … OK … Même pas mal !

      J’ai pas l’impression qu’on bénéficie d’un traitement particulier vis à vis de la population. Tout le monde a le droit à son petit raccourci, à sa généralisation abusive.

      Peut-être que mon problème et celui des profs en général c’est que, en tant qu’ancien bon élève, j’ai besoin de reconnaissance … Et comme je n’en ai pas de ma hiérarchie, peu de mes élèves alors je souffre du fait de ne pas en avoir non plus des parents d’élèves … Mais si je connais ma vraie valeur, je commence doucement à ne plus en avoir rien à foutre de l’avis de personnes à l’esprit parfois un peu étroit et qui visiblement n’y connaissent pas grand chose.

      J'aime

  25. Vous allez m’attirer des ennuis….il paraît déjà que je suis provoc avec les parents….ils ne vont jamais croire que je ne suis pas responsable de ces écrits….finalement tant mieux !

    J'aime

  26. Moi, face à ses réactions, je dis : ben, puisque c’est un métier si merveilleux, allez-y, passez le concours, c’est à la portée de tout le monde( hem) ! On de demande vraiment pourquoi il y a une si grosse crise des vocations en ce moment…

    J'aime

  27. Je suis juste parent d eleve et je comprends et j abonde. D ailleurs font chier ces parents d élèves qui comprennent rien ! 😉 ils pourrissent toujours les réunions d école !

    J'aime

    • Merci pour ce billet… juste merci.

      Enfin, je ne suis pas prof. mais enfant de prof devenu étudiant et ça m’exaspère d’entendre tout ce qu’on dit sur eux… mais ça m’exaspère encore plus de ne jamais entendre de protestation de la part du corps enseignant. Au point que dans mon imaginaire, le parent d’élève moyen amène ses gosses à l’école en espérant que là tout le monde fera toute son éducation à leur place.

      Merci…. 🙂

      J'aime

  28. Merci pour cet excellent billet. Je suis médecin généraliste et je compatis à toutes les idioties de ce genre que vous devez subir (croyez le ou non, nous avons aussi nos pauvres d’esprit, les mêmes peut-être d’ailleurs, et nos florilèges de réactions bébêtes)
    Merci aux Instit (pas péjoratif pour moi, mais question de génération sans doute, et puis que ceux qui ne disent pas qu’ils vont chez le « toubib » me jettent la première pierre) qui ont enseigné à mes deux fils. J’ai beaucoup d’admiration et de reconnaissance pour leur METIER 😉

    J'aime

  29. Bravo, jeune collègue! Je suis retraitée depuis quelques années. j’ai découvert ce blog grâce à un de mes anciens élèves devenu professeur des écoles! J’ai adoré ce métier. Ce qui m’horripilait le plus, c’était: » Pour une femme, c’est bien comme métier.Comme ça vous pouvez vous occuper de vos enfants! ». Concernant les vacances, je répondais:  » Ce sont les vacances qui vous intéressent? Passez le concours et si vous l’avez, ce qui n’est pas gagné d’avance, on en reparlera.Juillet et août sont les deux plus meilleures raisons pour devenir un enseignant médiocre voire pire et mal dans sa peau ». En général, c’était réglé une fois pour toute!

    Aimé par 1 personne

  30. Merci pour ce texte .. merci d’évoquer avec tant d ‘humour notre quotidien si mal compris…et cette petite valse j’adore… bonnes vacances bien méritées à vous .
    Une ex directrice d’école qui a rendu son tablier ….

    J'aime

  31. Comme dit précédemment, les profs se plaignent car ils en ont marre d’entendre partout (famille, amis, parents d’élèves et même la factrice une fois :))  » t’es prof ? tu dois pas être fatigué »  » t’es prof, oh la bonne planque »…

    Je ne sais pas vous, mais je n’ai personnellement pas eu vent que l’on fasse ce genre de critiques sur d’autres métiers…

    J’ai fait un burn out, et les seules choses que j’ai entendu c’est :  » Mais elle peut pas être surmenée, elle est prof !  » ce qui sincèrement ne vous aide pas quand on est au fond du trou ! Avec du recul, je me dis que les personnes qui m’ont dit cela était dans l’ignorance du métier plutôt que dans la méchanceté…et c’est, je pense, dans ce sens que l’on doit s’efforcer les critiques et remarques désobligeantes citées plus haut, même si ce n’est pas toujours facile !

    Je reviens sur plusieurs choses :

    – On nous envie très souvent la sécurité de l’emploi, et là je dis NON ! oui oui vous avez bien compris !…En effet, je suis dans un établissement privé et je suis directement concernée en cas de mauvaises rentrées répétitives (c’est à dire que le nombre d’élèves inscrits n’est pas ce qu’il devrait être)…étant une des dernières arrivées je serais la première sur la sellette ! Alors peut être que vous allez me dire que je ne suis pas concernée par ce post (qui ne parle peut être que pour les écoles publics) et pourtant je suis bel et bien une prof

    – On nous envie notre salaire, je travaille depuis 8 ans, et je ne gagne pas 1500 E par mois, loin de là…(vous allez me dire que beaucoup de foyers ne gagne pas cela, effectivement je suis d’accord, mais après 8 ans de travail et un bac +3…)

    – « Tu es dans une école privée ? Tu n’as que des gosses de riches ! »,NON ! pas que ! J’ai des enfants issus de milieux favorisés certes mais bien souvent ce sont les plus difficiles à gérer (de mon expérience !) mais j’ai aussi des élèves qui sont aidés par des bourses scolaires…et j’ai des élèves souffrant de lourds passés : schizophrènes, troubles de la personnalité, pervers sexuel, narcissique, et des troubles plus légers comme les hyperactifs sous traitement qui sont soit branchés sur le 200 000 volts soit complètement amorphes, les « dys », les troubles de l’attention, du comportement….Et enfin des élèves qui passent (malheureusement) presque inaperçus dans ce flot de syndromes, des élèves qui ne veulent pas rentrer chez eux parce que la violence est omniprésente…Mais je vous rassure j’ai également des élèves non concernés par tout cela (sans mentir, moins de 5 par classe)
    Et donc, une heure de cours s’apparente parfois pour ne pas dire souvent au maintien de l’écoute de chacun (Un tel retourne toi, untel tais toi, ne te lève pas tout le temps…) qui ponctue mon cours toutes les 5 minutes sans exagérer…

    Tout cela ne serait rien si en retour vous aviez un peu de reconnaissance de la part des parents certes mais aussi de votre inspecteur…(Non les professeurs n’attendent pas toujours la reconnaissance qu’ils n’ont pas eu durant leur enfance, mais au moins qu’on ne leur tape pas sur les doigts)
    Mais non, on vous dit que gérer tout cela est hyper facile (dixit les parents) et que si si ! le petit Kévin qui mange des bâtons de colle quand vous avez le dos tourné saura lire avant la fin de l’année c’est vous qui vous y prenez mal….comment dire ! La moutarde monte au nez (Expérience d’un professeur des écoles en GS/CP)

    Je vous rassure, des parents et des élèves savent encore nous dire à quel point nous avons été utiles à leur histoire….Et ça, ça fait vraiment du bien !

    Oui, j’ai eu des moments de doutes, oui j’ai eu des moments où j’ai pensé à la reconversion professionnelle, mais il y a eu aussi beaucoup de moments de joie, de bonheur intenses, de larmes à la fin de l’année, de reconnaissance, de sauvetages…c’est, personnellement ce qui me fait tenir !

    Alors oui, nous avons un métier fatigant comme il en existe beaucoup d’autres, la seuls chose que l’on demande c’est qu’on arrête de nous dire que nous sommes des fainéants planqués ! Passez votre chemin les critiques, et bonne route !

    J'aime

    • des phrases et des expressions toutes faites ,par certains on ne vit que les vacances et peu d’heures de cours .être prof aujourd’hui pas un métier facile ,certains enfants démotivés par l’école ,la discipline et le respect ne sont plus au gout du jour .la journée d’un prof un travail à plein temps ,corrections ,préparations des cours ,chapeau bas pour cette profession peu payée ,et des responsabilités .j’ai vu dans un centre des profs et là c’était une majorité en dépression chercher l’érreur .dans quelques années plus de profs quel enseignement donnera t’on aux enfants ..j’approuve votre coup de grisou ..
      bonnes vacances à vous ..

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s