Once upon a time… Baton rouge

Aujourd’hui, je vous vends du rêve, je vous vends Baton Rouge… une ville qui mérite d’être connue (même si elle n’a pas de piscine). Baton Rouge, son Conference Center attractif, ses zones commerciales polaires, son parc aquatique de la mort, ses Outlets magiques, sa rue animée sur au moins 200m, son I10 infinie, son équipe universitaire, son musée qu’on ne verra jamais et surtout ses 230 000 sympathiques habitants.

Mais nous on s’en fout, parce que des habitants, on n’en connaît qu’une et elle est vraiment plutôt sympathique. Alors, quand elle nous a invités pour un week-end plein de promesses, on a pris notre courage à deux mains, nos matelas gonflables et nos duvets et on est partis en formation (parce qu’il faut quand même une bonne raison pour se retrouver à Baton Rouge) comme on part en colo.

Dans votre trousseau « Baton Rouge by night« , il vous faudra donc:

un taxi  une voiture deux voitures, et donc des personnes non-alcoolisées pour les conduire sur le (long) retour.

– un pull, une écharpe, voire un bonnet, pour profiter des bars et restaurants, calqués sur un modèle climatique belge.

– un adaptateur Iphone (la direction n’est pas responsable des objets égarés)

– un bon foie, pour profiter des bars et restaurants , calqués sur un modèle sociologique belge.

 

Quand vous aurez l’équipement complet, vous pourrez fièrement faire partie des Copains de soirée et profiter pleinement de toutes les attractions offertes par la ville. Apéro-repas-concert à portée de pieds… C’est facile, il suffit de traverser la rue, dans un sens puis dans l’autre.

Y a de l'ambiance dans cette boite verte.

Y a de l’ambiance dans cette boite verte.

Puis si vos pieds en ont marre, ils pourront toujours décider de partir sur un coup de tête. Allez, j’y vais moi. J’ai mal aux oreilles.

Le lendemain, après une bonne nuit en dortoir de luxe, notre sympathique habitante nous a concocté un brunch 5 étoiles (en fait, tout le monde a concocté sauf moi. Pour changer. Merci de me supporter.)

10647108_10152806619405695_2876214380339844126_n

Les jolies colonies de vacances

Puis vint le temps de préparer son trousseau « Saturday in Baton Rouge« :

– une carte de crédit et un pick-up pur arpenter la rue des antiquaires comme il se doit (c’est à dire pas à contre-sens sur trois voies).

10645000_10152806619795695_1773975455292493300_n

ça ne rentre définitivement pas dans la voiture.

– un tee-shirt violet et jaune pour se fondre dans la masse.

10630670_10152806623105695_4440155430502393747_o

La masse.

Nous.

Nous.

– une glacière pleine de bières parce que y a même pas moyen d’en trouver une dans le Stadium. Jeunes + sportifs = déprime. En même temps, sinon, ça donne ça:

C’était once upon a time… Baton Rouge. Et après ce fort sympathique week-end chez cette fort sympathique habitante, nous rentrâmes passer samedi soir à New Orleans. Parce que faut pas déconner non plus.

3 réflexions sur “Once upon a time… Baton rouge

  1. Je suis tombé par hasard sur votre blog (suite à un lien sur le Huffington post) et je me retrouve 7 ans en arrière pendant nos années codo… Merci pour votre blog très bien écrit et qui me rappelle à mon doux souvenir. Peut-être un jour reviendrais-je à Nola ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s