Je ne travaille pas dans le vrai monde… Ma fausse journée.

En commençant ma semaine hier, je ne me doutais pas que mon mardi serait… si spécial. Si américain quoi. Quelle ne fut pas ma surprise donc ce matin, entre mon café-trop-chaud-que-je-dois-boire-trop-vite et ma mise à jour facebookienne, de découvrir un mail de ma direction m’annonçant le programme des festivités de cette journée, pourtant ordinaire à priori.

Aujourd’hui, ainsi, point de réflexions ardues mathématiques, point d’analyses de la langue française, point de rigueur et de discipline, car aujourd’hui est décrété JOURNEE GRANDS JEUX. Nous serons donc animateurs colo à l’insu de notre plein gré. (Si j’avais su j’aurais passé la soirée à boire des bières autour du 5ème repas).

Le monde de l'animation.

Le monde de l’animation.

Alors, les enfants, laissez votre cartable dans le fond de la classe (ou jetez-le) et asseyez-vous tous ensemble pour une grande réunion fédératrice. Qui dit Grands jeux, dit équipe. Et VOUS êtes une équipe, NOUS sommes une équipe (la meilleure du monde bien sûr). Et vous allez choisir notre mascotte, celle qui nous représentera le mieux du monde.  Ahahah. Bandes d’innocents petits cerveaux sans libre arbitre, il est tellement facile de vous manipuler. Quelques slogans scandés à l’unisson et on pourrait vous faire adopter une limace comme emblème. La direction voulait un loup garou. Le loup garou fut élu avec une majorité écrasante qui aurait rendu suspecte n’importe quelle autre élection. LOUP-GA-ROU, LOUP-GA-ROU, LOUP-GA-ROU (les enfants, on rentre en classe…chut), LOUP-GA-ROU. Donnez-moi des boules-quiès.

Un enfant de 8 ans, c'est manipulable à volonté.

Un enfant de 8 ans, c’est faible. Mais ça crie fort.

Après cette petite mise en route joyeuse et excitante, il faut penser au retour au calme. Quoi de mieux qu’un grand jeu de cache-cache? Quelques minutes plus tard, nous entendons donc La voix qui nous annonce qu’un intrus a pénétré dans l’école. 1-2-3 roi du silence, tout le monde dans sa cachette. Lumière éteinte, et pas un bruit, surtout quand l’intrus essaie de forcer la porte. C’est long, très long (faut dire qu’ils étaient excités, très excités). Comme j’ai eu la bonne idée de m’accroupir, j’en profite pour faire mes abdos. Et j’observe mon électron libre, qui rampe en mode commando dans la classe. Je vais pas le chercher, je veux pas mourir moi. Si y a vraiment un intrus, j’ai mon sacrifice. La vie est cruelle.  

Et pour clôturer cette grande journée, il faut évidemment un spectacle. Evidemment. La direction a donc tout logiquement décidé de participer à l’événement le plus populaire du moment: le Ice bucket challenge. Ou pourquoi se verser des seaux d’eau glacée sur la tête pour soutenir la lutte contre on-s’en-fout-quelle-maladie. L’important de toute façon, c’est l’impact médiatique. Un comble pour une école qui se revendique écolo. Mais c’est pour la bonne cause, alors on a le droit. Et maintenant, brûlons des rames de papier pour lutter contre la déforestation et instaurons une journée « clim à fond » pour protester contre le réchauffement climatique.

Voilà, voilà.

Voilà, voilà.

Allez, les enfants. La colo ferme ses portes. Racontez en criant votre étonnante journée à vos parents, mangez des Goldfish devant la vidéo You tube de votre directeur arrosé, et revenez plein d’énergie demain. On a du boulot à rattraper.

Une réflexion sur “Je ne travaille pas dans le vrai monde… Ma fausse journée.

  1. Pingback: Once upon a time… Cent vies sur la toile. | Once upon a time... In New Orleans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s