Je ne vis pas dans le vrai monde… Mid Summer Mardi Gras

Dans le vrai monde, quand une fête est bien, elle est bien. Dans le faux monde, quand une fête est bien, on en refait une autre pour fêter la première. Et c’est donc comme cela que l’on se retrouve à fêter Mardi Gras en plein mois d’août, sous une chaleur étouffante, après l’avoir fêté six mois plus tôt lors du pire jour glacial de l’année. Et ce fut encore une fois un grand n’importe quoi exceptionnel.

Comme c’est Mardi Gras (enfin presque), l’idée est évidemment de se déguiser sur un thème savamment pensé. Ou de suivre son propre thème. Ou de ne pas se déguiser. Ou de venir presque tout nu. Bref, comme c’est n’importe quoi, tu peux faire n’importe quoi. Du moment que tu ris, danses, sautes, souris, et fais des câlins, tu es le bienvenu. Et quand on sait que cette année le thème était « frotte-le sur tout ton corps », on imagine bien que la soirée ne pouvait pas rester sous contrôle très longtemps.

Mon arme du crime. De très nombreuses victimes.

Mon arme du crime. De très nombreuses victimes.

Me voilà donc à arpenter Oak Street avec ma bombe à Cupcake dans la poche, ma licorne qui fait caca des bonbons autour du cou, ma spatule de cuisine dans le décolleté et mes oreilles de chat sur la tête. Pourquoi? Parce que j’avais envie, c’est tout. Et que j’ai le droit parce que c’est n’importe quoi.

IMG_0213_2

Toujours avoir une licorne. Toujours.

Là-bas, y avait des gens avec de la peinture sur tout le corps, des gens en serviettes et charlottes, des gens avec des justaucorps roses, des gens en tutus, des gens pailletés… La constante semblant tout de même de ne pas être trop vêtu. Tout ce beau monde (ce sont mes copains) s’est mêlé à d’autre beau monde pour défiler tous ensemble dans une fausse parade du n’importe quoi qui ne peut pas exister dans la vraie vie.

Prix du meilleur déguisement. Les jumeaux Hulk.

Prix du meilleur déguisement. Les jumeaux Hulk.

On est ensuite arrivés dans un parc tout aussi irréel, dans lequel on a bu quelques bières (ben c’est Mardi Gras) et dansé, avant de repartir deux petites heures plus tard dans une parade retour un peu plus alcoolisée (ben c’est Mardi Gras).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et là, ce fut au delà du n’importe quoi. Comme les américains ne font jamais les choses à moitié, y avait « la piscine »: un truck rempli (pas à moitié donc) d’eau mousseuse. Autant vous dire que le thème a été exploité au maximum. Peinture, eau, mousse, crème, bonbons… On a frotté tout ce qu’on a pu, on a mouillé nos habits, on a coulé nos téléphones, on a donné de notre personne. C’était pas très hygiéniquement correct, mais c’était très drôle.

-2bff63ff195f7c22

Qui sont ces parents qui laissent jouer leurs enfants dans la piscine sans surveillance?

Après autant de dépenses énergétiques en danses, cris, combats et câlins, on a eu faim. On a mangé et on a continué notre soirée assis sur un trottoir à philosopher sur la (vraie) vie. Enfin, ça c’est ce que je me dis, parce que je me rappelle plus trop des discussions, mais ça ne pouvait qu’être hautement philosophique.

Où vais-je? Qui suis-je?

Où vais-je? Qui suis-je? A qui est cette spatule?

Encore une bien belle soirée donc. Mais je ne sais plus si j’attends les week-ends pour me reposer de la semaine, ou la semaine pour me reposer des week-ends…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s