Je ne travaille pas dans le vrai monde… La pré-rentrée.

Ah! La pré-rentrée! Ce non-moment où ce n’est plus vraiment les vacances, mais pas encore tout à fait le boulot. Ce non-moment où tu te crois encore autorisé à sortir le soir, mais où tu te vois obligé de te lever à six heures le lendemain matin. Ce non-moment où t’hésites entre trier les photos de tes exceptionnelles vacances et penser ton organisation (non-exceptionnelle) de classe. Ce non-moment où la bière a un goût amer et ta salle de classe un air de chantier.

Mais bon. C’est vrai qu’on ne travaille pas dans le vrai monde, mais on travaille quand même, alors faut bien y aller. On fait une petite insomnie, on s’imbibe de café pour tenir (donc re-insomnie) et on s’y met.

Enfin, on aimerait bien s’y mettre. Parce qu’avoir 10 jours pour se préparer psychologiquement c’est bien, mais devoir les passer les fesses sur une chaise à entendre des bêtises plus grosses que la tonne de commandes à déballer – telle qu’une légère surestimation de l’orde de 24,97% du taux de VIH à Baton Rouge –  c’est un peu très très énervant. Ils ne se rendent pas compte qu’on n’a rien fait pendant deux mois, et qu’on a du retard à rattraper? J’ai pas bossé mes programmations sous le soleil de Californie moi.

Bref, on fait semblant d’écouter en s’envoyant des messages par téléphones interposés (enfin, quand on n’oublie pas son téléphone.), version moderne et plus discrète (mais moins poétique) du petit mot griffonné. Quand on ne regarde pas les nouvelles du monde ou les billets d’avion des prochaines vacances…

Côté organisation, il faut bien reconnaître que les américains ils sont forts. Quand il s’agit de matchs de basket et de festivals de musique. Parce que concernant une école, c’est plutôt une vision apocalyptique de l’ordre et de la gestion. Tu joues à cache-cache avec ton mobilier de classe (mais où est mon bureau?), tu négocies à la criée tes heures de récré et tu cherches les sept (vingt-cinq) erreurs dans les listes de fournitures.

Après tout cela, arrive l’apogée de la pré-rentrée: LA RENCONTRE AVEC LES PARENTS. Cette après-midi merveilleuse où tu te te dis que non, tu ne tiendras jamais toute une année avec ces enfants, et que non, tu ne seras jamais bilingue, et que non, tu n’auras jamais cet enthousiasme américain. Et où après avoir subi une semaine de lavage de cerveau à base de « l’anglais ne passera pas dans ma classe » poing levé, on te demande de distribuer des stickers EN ANGLAIS aux élèves pour les remercier de t’avoir fait l’honneur de leur présence en ce jour si excitant. Ahah.

C’était je ne travaille pas dans le vrai monde… la pré-rentrée. Et je rentre en France moi. Bon courage.

Une réflexion sur “Je ne travaille pas dans le vrai monde… La pré-rentrée.

  1. Et bien, c’est blues in NOLA. On croirait entendre Papy à l’issue de son premier jour de classe, quand il soutenait que décidément cette année, ses élèves étaient bien moins bons que ceux de l’année précédente, « mais je vous assure, vraiment bien moins bons, je n’arriverai jamais à leur apprendre à lire » …
    Et qu’est ce que ça veut dire « Et je rentre en France moi. » ? Finis les projets de barouds planétaires ? Allons, allons, on se reprend !

    Mum

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s