Je ne travaille pas dans le vrai monde… le zoo

Depuis que j’ai signé pour être instit, je me suis retrouvée dans pas mal de situations plus ou moins saugrenues et invraisemblables… Mais LA, c’est totalement fou!!! Je nage en plein irréalisme, j’enseigne dans un monde parallèle, je travaille sur une autre planète…

Avant, quand j’allais travailler, j’allais là:

Dans une école quoi. Classique.

Dans une école quoi. Classique.

Mais ça, c’était avant. Maintenant, quand je vais travailler, je vais là:

c

Oui, dans un zoo. Forcément, c’est plus original.

Mais attention! Rien à voir avec la sortie au parc animalier de Plaisance du Touch, avec les classes de mer à la Rochelle ou avec l’après-midi médiéval au château de Montestruc. Non, non. Pendant un mois entier (4 vraies semaines donc), j’ai une vraie salle de classe, une vraie cour de récréation et de vraies journées de travail, mais tout cela, à l’intérieur d’un vrai zoo avec de vrais visiteurs.

Et donc, tous les matins, pendant la séance de calcul mental (hum, hum), si on regarde par la fenêtre, ben on voit ça:

Vous voyez des camions vous? ...

Vous, vous voyez des camions depuis votre fenêtre? Dur…

Et parfois le midi, quand on veut s’installer pour déjeuner, ben on voit ça:

Fais pas le beau, ta mère t'a mal élevé.

Fais pas le beau, ta mère t’a mal élevé.

Bon, j’avoue, j’ai un peu menti quand je disais que c’était une vraie salle de classe… Parce que de toute ma jeune carrière, je n’ai jamais vu une salle aussi grande et avec autant d’animaux…

J’avoue, j’ai aussi un peu menti en disant que c’était une vraie cour de récréation… Parce que de toute ma jeune carrière, je n’ai jamais vu une cour aussi grande et avec autant de sable…

La Grande Motte sans l'océan.

La Grande Motte sans l’océan.

Ok, j’avoue, j’ai encore un peu menti en disant que j’avais de vraies journées de travail… Parce que de toute ma jeune carrière, je n’ai jamais eu autant d’interventions et d’activités variées et pertinentes en un mois, un paradis éducatif pour les enfants (et les enseignants!). Faut bien exploiter le fait d’être au zoo, parce que si c’est pour faire des maths, ça ne sert à rien d’être là! (maxime de la première semaine). Puis les sciences, c’est obligatoire dans les programmes, alors zéro culpabilité.

Enfin, je dois vous dire aussi que j’ai aussi menti par omission. J’ai oublié de vous dire que je ne suis pas toute seule au zoo, parce que pour gérer les 2 heures 30 de cours (quand même!) que j’ai quotidiennement, il faut bien être au moins deux! Alors, un autre professeur, encore plus chanceux que moi, est en permanence au zoo, et aide les pauvres maîtres et maîtresses perdus qui débarquent dans ce cadre incroyable… Et être deux, ça change l’enseignement: plus de cafés, plus de sourires moqueurs contenus, plus de regards désespérés, plus de traits d’humour (vive le CP… donnez moi une corde), plus de pauses pipi, plus d’échanges intellectuels…

Bref, je ne travaille pas dans le vrai monde, je travaille dans un zoo et je ne crois pas que tout cela soit bien réel…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s