Je ne vis pas dans le vrai monde… Baywater

Ce week-end, nous avons décidé de faire nos bobos new orleanais et de jouer les explorateurs dans un nouveau quartier en plein essor: j’ai nommé Baywater. Récit ordinaire d’un samedi peu ordinaire…

Tout a donc commencé avec le Mirliton festival, événement qui s’articule autour du légume du même nom… Normal quoi…

Le fameux.

Le fameux.

Mes belles chaussures (appât: +25) foulant l’herbe fraiche, l’après-midi s’est ainsi écoulé entre groupes de musique variés, Zombies Anonymes dont le principe a échappé à l’assistance (sorte de pièce de théâtre avant-gardiste beaucoup trop avant-gardiste) et Free Beers dont le principe n’a pas du tout échappé à l’assistance, provoquant une course massive digne des plus grandes soirées Masterchef (Félicitons au passage Guillaume pour sa performance remarquable dans cette épreuve.).

MAIS, MAIS, MAIS, SURTOUT, oui, surtout, le Mirliton festival n’aurait pas été le même sans la présence dans la foule l’air de rien Du-mec-trop-beau-à-la-vie-comme-à-l’écran-qui-joue-le-hollandais-dans-treme-c’est-lui,oui-putain-c’est-lui-!-!-!.

IMG_0001_2

Pourquoi je lui ai pas glissé mon numéro dans la poche? Ah oui. La grande blonde et les quatre gosses.

Après ce merveilleux et intense moment de bonheur, nous sommes allés confirmer notre position de français fiers de notre patrimoine gastronomique autour de plateaux de fromages et de vin rouge, dans un petit bar sympa au milieu de rien. Une partie de l’équipe ayant décidé de rentrer (car il était tout de même 10 heures passées!) et l’autre partie ne pouvant le faire pour problème de clé étant à un concert, nous décidons de suivre les conseils avisés de JB, alors absent (car avec les clés), et de nous enfoncer encore plus au milieu de rien pour aller mettre nos sens en émoi dans une fabrique de bougies abandonnée… Rassurez-vous, il s’agit là du descriptif d’une pièce de théâtre au concept original. Mais on ne se doutait pas à quel point…

Nous voilà donc, à presque 11 heures du soir, à attendre dans une sorte d’entrepôt/usine/brocante/musée de voitures parmi une quinzaine de personnes… Et là, angoisse! On entre dans la pièce des représentations un par un! (et bizarrement jamais personne n’en ressort…). A ce moment précis, on pense que les idées à la con à Nola ça suffit!… Et on a le temps de penser à ça pendant une bonne heure, en raison d’une victime toutes les 5 minutes… Bref, mon tour arrive enfin, et là à peine passer le seuil, on me met un masque sur les yeux, un casque sur les oreilles et c’est parti pour une expérience tactile, olfactive, sensorielle et sensuelle même… Les acteurs se relaient pour créer une scène imaginaire, petite fille faisant un gâteau ou jeune femme esquissant des pas de danse… Expérience donc encore plus unique pour les mâles du groupe, car évidemment celui qui a lancé l’idée n’a finalement pu y échapper…

Bref, c’était un samedi hors de la réalité encore une fois! Et sans French Quarter, pari tenu. (une petite bière pour fêter ça!)

 

 

3 réflexions sur “Je ne vis pas dans le vrai monde… Baywater

  1. Oh non !!! Michiel Huisman, c’est pas vrai ???? Non, c’est vraiment lui ????
    Bon d’accord, je connais pas, mais il a l’air sympa quand même.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s